Auschwitz : du témoignage à l'écriture

par Marylène Duteil

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Georges Molinié.

Soutenue en 1999

à Paris 4 .


  • Résumé

    Comment témoigner d’Auschwitz ? Comment témoigner d’Auschwitz par l'écriture ? Parmi la masse des témoignages écrits par des survivants des camps, seuls quelques-uns ont acquis une valeur littéraire. Leurs auteurs ont rencontré dans l'écriture un moyen de dire leur expérience qui semblait indicible et d'amener les non-témoins à l'écoute de leur récit inouï. Dès les premières formes de témoignages, l'écriture est apparue dans sa dimension littéraire, comme le tiers permettant au déporté devenu, dans le camp, étranger à lui-même, de témoigner. Notre thèse tente de comprendre le rapport complexe que le témoignage d’Auschwitz entretient avec l'écriture. Elle cherche ainsi à étudier d'autres formes de témoignages que les premiers récits des survivants : a ainsi été analysée la théorie du romanesque lazaréen de Jean Cayrol, l'un des premiers à avoir articulé l'expérience des camps à une réflexion profonde sur la littérature. Les derniers livres de Maurice Blanchot ont également été étudiés car ils proposent une réflexion sur une forme de témoignage comme l'écoute et l'accueil de la parole d'autrui, ce « sujet déporté » qui n'est plus sujet, réflexion qui rejoint l'éthique d’Emmanuel Levinas, et certains aspects de la poétique de Paul Celan, qui écrivait que « nul ne témoigne pour le témoin ». Au regard de ces nouveaux témoignages, l'écriture d'après Auschwitz apparait comme une écriture qui recherche l'impuissance ou plutôt l'abandon de toute forme de maitrise afin de s'ouvrir à la passivité d'une écoute de ce qui échappe à la langue. L'écriture s'ouvre à l'exigence fragmentaire, à la rature, qui ne cesse de dédire ce qui est dit, au paradoxe ; le sujet de l'écrivain s'efface dans un « il » impersonnel. . . De ces revendications d'impuissance aux premiers constats des témoins face à l'inimaginable, le témoignage d’Auschwitz s'est transmis dans le corps littéraire, non pas comme un défi à l'indicible mais comme l'acceptation et la prise de conscience d'un pouvoir à céder.

  • Titre traduit

    Auschwitz : from testimony to writing


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 427 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 284 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 800 DUT aus
  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4378

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 2326
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.