Le moi et le gouffre dans les romans hugoliens

par Christine Cadet Gangate

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Michel Crouzet.

Soutenue en 1999

à Paris 4 .


  • Résumé

    L'œuvre toute entière de Victor Hugo pourrait être lue telle une lutte avec le gouffre. Le gouffre, en effet, y est omniprésent, non seulement de façon réelle mais de façon métaphorique aussi. Réel, le gouffre, en tant que formation géologique, intervient souvent comme constituant de la géographie romanesque. Métaphorique, sa signification, son symbolisme deviennent pour ainsi dire illimités, ce qui le rend, en tant qu'objet d'étude, particulièrement fuyant. Fuyant, tel est justement l'un des adjectifs que l'on pourrait sans mal appliquer au moi tel qu'il apparait sous la plume hugolienne. De fait, la rencontre du moi et du gouffre ne se présente pas dans le texte hugolien comme quelque chose de fortuit mais comme un aspect essentiel de la réflexion hugolienne concernant le moi. Déplacement, en soi, de ce que la notion de gouffre pouvait avoir de dogmatique, l'image du moi-gouffre vient donc dire dans le texte hugolien - en tant que texte littéraire - ce que nul discours ne pouvait visiblement dire, livrant tout entier le moi à l'aventure des mots.

  • Titre traduit

    The self and the gulf in Victor Hugo's novels


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 472 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 131 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4409
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.