La répétition fondatrice herméneutique fondamentale et ontologie de l'ipséité : lecture compréhensive confrontant Platon, Kierkegaard et Heidegger dans la perspective d'une critique principielle de l'interprétation historico-critique d'après la différence originaire entre œuvre et interprétation

par Gábor Kardos

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-François Marquet.

Soutenue en 1998

à Paris 4 .


  • Résumé

    Que recherche-t-on dans toute recherche? La science et la pensée s'organisent dans le cadre du paradigme interprétatif historico-critique autour de la recherche sans se fonder sur une recherche de fond - l'interprétation de la fondation platonicienne de la recherche des principes se confond (à titre d' « acquis historique ») avec l'œuvre de pensée toujours recommencée que cette fondation exige dès l'origine. Une logique de répétition, constitutive de toute tradition, la détermine (par la logique de la langue - logique du logos). Cette logique de répétition fondamentale reste impensée comme telle, d'où l'échec récurrent des projets de métaphysique et la nécessité d'une herméneutique fondamentale pour sortir de la confusion principielle que reflète l'usage des concepts fondamentaux du paradigme (œuvre interprétation, etc. ). La pensée est principiellement recherche de l'être en soi et recherche de soi dans l'être - recherche de l'être-soi. Pour penser l'être même, l'être en soi, on le pense comme ipsum esse, mais cette détermination ipso-logique de l'ontologie reste impensée. D'où la nécessité d'une ontologie de l'ipséité - ontothéologie de l'être-soi fondant l'idée de dieu et de l'être même. Dans tous les domaines, l'interprétation investit, domine et supplée l'œuvre jusqu'à supplanter la lecture, p. Ex. Comme résumé ou recension (censure interprétative). Kierkegaard est le premier à rejeter le paradigme interprétatif. Il rend impossible toute interprétation en révoquant son autorité (pseudonymie). Même la meilleure interprétation méconnait l'œuvre (qui se comprend en sot). Il réintroduit l'exigence de mettre en œuvre la pensée dans la modernité. La reprise (wiederholung) heideggérienne reste tributaire de la domination interprétative. Ce grundmangel (défaut de fond) herméneutique (non-thématisations de la logique ipsologique de l'ontologie) explique l'inachèvement d'être et temps et l'échec du projet fondamental-ontologique. Pour reprendre originairement la pensée heideggérienne, il faut reconnaitre ses impenses fondamentaux: l'ipséité de l'être même et l'éternalite du temps même, à partir d'une herméneutique fondamentale de l'être-soi. Heidegger reste dans les limites du paradigme interprétatif, mais sa pensée nécessité un tournant principiel…

  • Titre traduit

    The ffounding repetition fundamental hermeneutics and ontology of selfhood : a comprehensive reading confronting Plato, Kierkegaard and Heidegger in a principle-critique of the historico-critical interpretation on the basis of the constitutive difference between oeuvre and interpretation


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 535 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 242 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4173

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 1876
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.