Les représentations des membres de la famille royale dans la nécropole memphite à l'Ancien Empire

par Samira El Mallah El Sayed

Thèse de doctorat en Histoire de l'Antiquité

Sous la direction de Nicolas Grimal.

Soutenue en 1998

à Paris 4 .


  • Résumé

    L'iconographie des membres de la famille royale révèle un certain nombre de particularités, mais on constate qu'elles sont rares chez les fils royaux et les filles royales, plus fréquentes chez les épouses royales, les reines et les mères royales. A de très rares exceptions près, il est difficile, cependant, de reconnaitre un marqueur indubitable de statut et de parenté, comme la coiffe à dépouille de vautour pour les mères royales. Le statut de membre de la famille royale se définit d'abord par la possession même d'une tombe, puis par la proximité de son emplacement par rapport à la pyramide du roi, reflet, entre autres, d'un lien de sang. La présence de la famille royale dans les complexes funéraires royaux se concrétise essentiellement par la statuaire et les représentations murales. Malgré une documentation parcellaire, il est clair que la famille royale faisait partie du programme de décoration des temples royaux. Lorsque la reine bénéficie d'un complexe à pyramide et d'une décoration régie par les règles du décorum, le roi est susceptible d'apparaitre en personne. Il figure dans deux temples funéraires à la Ve et à la VIe dynastie. Les scènes figurées dans les tombes de la famille royale représentent des postures et de activités stéréotypées qui ne distinguent apparemment pas, au sein de l’élite, des statuts particuliers. A la ive dynastie, la reine apparait chez son enfant. Les représentations d'un sceptre, chez les femmes, semblent se cantonner aux reines, et particulièrement aux mères royales. Pour les vêtements, coiffes et accessoires, aucune caractéristique particulière n'a été relevée pour les fils et les filles royaux. Quelques reines de la IIIe et de la IVe dynasties sont représentées avec une cape et une coiffe spéciales. Sous les Ve et VIe dynasties, la reine, lorsqu'elle est dotée d'un complexe funéraire à pyramide, bénéficie du décorum royal. Elle apparait alors dans le costume et l'attitude des déesses.

  • Titre traduit

    The representations of the members of the Royal family in Memphis necropolis at the Old Kingdom


  • Résumé

    Iconography of the royal family members shows some particularities, but we can see that they are rare for the royal sons and daughters, more frequent for royal wives, queens and royal mothers. Except in very rare occasions, it is difficult, however, to recognize an indubitable mark of the status and kinship, as the plunder-vulture head-dress for king's mothers. The status of the royal family members is first defined by the position of a tomb, then by its proximity with the king's pyramid, which can be a sign, between others, of blood bond. The presence of the royal family in the royal funerary complex takes its signification in the statuary and wall representations. In spite of a few documentation, it is clear that royal family toke part of the decorative program of the royal temples. When the queen was honored by a pyramid complex and a canonical decorum, the king can appear himself. He figures in two funerary temples of the 5th and 6th dynasties. The scenes represented in the royal family tombs show attitudes and stereotyped activities which, apparently, don't allow identification, in the elite, of particular status. In the 4th dynasty, the queen mother appears in his child's tomb. Representations of a scepter, for women, only seem to belong to the queen, and especially to the royal mothers. Some queens of the 3th and 4th dynasties cloak head-dress. Under 5th and 6th dynasties, a queen, when she had a pyramid complex, she was depicted similar to the goddess.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 884 p.
  • Notes : Thèse non corrigée
  • Annexes : 243 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4403
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.