Les causes de la réduction du futhark germanique : les glides et le vocalisme

par Alain Marez

Thèse de doctorat en Études scandinaves

Sous la direction de Régis Boyer.

Soutenue en 1998

à Paris 4 .


  • Résumé

    Cette recherche s'occupe d'analyser l'évolution de l'écriture runique, le seul mode (épigraphique) de fixation graphique du germanique. Entre la fin du 70 et le début du 90 siècle se produit un fait unique dans l'histoire des écritures : on assiste à une réduction du nombre des graphèmes en Scandinavie. D'un futhark à 24 signes notant le germanique commun, on passe à un futhark à 16 signes consacré à la notation du nordique au cours de la période des vikings et au-delà. Les explications du phénomène sont partielles ou insuffisantes. La simple comparaison des inventaires graphiques des deux futhark aboutit à des conclusions minimales (simplification ou rationalisation du système graphique !). L'analyse strictement linguistique ne rend pas compte de la réduction dans sa totalité (vocalisme!). Mais une analyse des liens fonctionnels entre phonème et graphème parvient à établir que l'évolution d'un système graphique n'est qu'une succession de systèmes graphophonologiques illustrant une distorsion entre systèmes graphique et phonologique. L'analyse de cette donnée immédiate depuis les premiers textes jusqu'au début du 80 siècle en Scandinavie montre une normalité certaine dans la disparition de certains graphèmes. Quant à l'élimination de la notation des ouvertures moyennes, lesquelles persistent dans la chaine phonique, elle s'explique par leur disparition dans les syllabes atones et par la modification de leur signifie phonique sous l'accent due aux phénomènes de métaphonie et de fracture. Le principe acrophonique interdit la réutilisation de ces runes pour les ouvertures moyennes. Le passage du futhark à 24 signes au futhark scandinave à 16 signes trouve donc son explication dans la destruction du système graphophonologique. Le futhark de l'époque des vikings, héritier d'un inventaire graphique réduit doit inventer de nouveau moyens graphiques pour transcrire un système phonologique en expansion, en particulier pour le vocalisme.

  • Titre traduit

    From the Germanic to the Scandinavian Futhark : the reduction of glide and vowel notation


  • Résumé

    This research attempts to analyze the evolution of runic writing, the sole epigraphic mode of graphical fixation of Germanic. In between the end of the seventh century and the early ninth century, a unique fact in the history of writing can be observed: the number of graphems is reduced in Scandinavia. A 24-sign futhark noting common Germanic evolves towards a 16-sign futhark for Nordic notation at the time of the Vikings and after. The explanations for this phenomenon are incomplete or insufficient. The simple comparison of graphical inventories of both futhark rows leads to minimal conclusions (simplification or rationalization of the graphical system!). A strict linguistic analysis does not fully explain the reduction (vocalism!). But an analysis of functional links between phonem and graphem clearly establishes evolution of a graphical system represents simply a succession of graphophonological systems that illustrates a distortion between graphical and phonological systems. The analysis of this immediate datum from the earliest texts up to the eighth century in Scandinavia evidences a clear normality in the disappearance of certain graphems. As for the elimination of the notation of mid-range apertures, which persists in the phonic chain, it can be explained by their disappearance in unstressed syllables as well as by the modification of their phonic value under the stress due to the phenomena of mutation and breaking. The acrophonic principle prohibits the reutilization of such runes for mid-range apertures. The transition from the 24-sign futhark to the 16-sign Scandinavian futhark finds its explanation in the destruction of the graphophonological system. The futhark at the time of the Vikings, based on a reduced graphical inventory, is obliged to devise new graphical means to transcribe an expanding phonological system, especially for the vocalism.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Presses universitaires du Septentrion à Villeneuve d'Ascq

Les causes de la réduction du futhark germanique : les glides et le vocalisme


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 260 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 75 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4136

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 2082
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Presses universitaires du Septentrion à Villeneuve d'Ascq

Informations

  • Sous le titre : Les causes de la réduction du futhark germanique : les glides et le vocalisme
  • Détails : 1 vol. (245-[20] p.)
  • ISBN : 2-284-01480-1
  • Annexes : Bibliogr. p. 241-245
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.