Les Britanniques face à la révolution française de 1848

par Fabrice Bensimon

Thèse de doctorat en Études anglaises

Sous la direction de Roland Marx.

Soutenue en 1998

à Paris 3 .


  • Résumé

    La diplomatie britannique, dirigée par Palmerston, comprend vite que le pouvoir issu de la révolution de février n'adoptera pas la conduite de la convention jacobine. En particulier, Lamartine ne déclare pas la guerre a l’Europe, encore moins à la Grande-Bretagne. Conscient que l'attitude de Londres sera déterminante, il s'efforce au contraire de se ménager les bonnes grâces du foreign office et de son représentant à Paris. Il y parvient, et l’Angleterre dissuade les autres puissances d'intervenir contre la nouvelle république. La révolution de 1848 à épargné le Royaume-Uni. Mais celui-ci a connu la contestation sur deux fronts : le chartisme et le mouvement nationaliste en Irlande. C’est la troisième et dernière vague du mouvement pour la charte. Dans une ile d’Erin plongée dans la famine, les dirigeants de la jeune Irlande cherchent à tirer parti de la révolution française pour obtenir l'abrogation de l'acte d'union. Les deux mouvements échouent : ils ne trouvent pas assez de partisans, et sont confrontés à la terrible efficacité de l'état, ainsi qu'au consensus régnant dans la classe politique britannique. Comment les britanniques se représentent-ils la révolution française? Articles de presse, brochures, discours, sermons, lettres, journaux prives, œuvres littéraires - l'ensemble des documents regorgent de réactions, fort partagées. La plupart saluent la chute de la monarchie de juillet. Les chartistes, les nationalistes irlandais et certains radicaux anglais s'enthousiasment pour une seconde république qui fait revivre des valeurs héritées de la révolution de 1789. Pour les plus conservateurs, ces échos lointains sont des spectres haïssables. 1848 pose de nouvelles questions : le droit au travail, son organisation par les ateliers nationaux, les théories socialistes préoccupent les victoriens, car ils font écho aux problèmes sociaux que connait le royaume. Ainsi, la révolution française de 1848 est-elle le miroir de leurs maux et de leurs espérances.

  • Titre traduit

    The British and the 1848 French revolution


  • Résumé

    Under the leadership of Palmerston, the british diplomacy soon understood that the power coming out of the february revolution would not adopt the behaviour of the jacobin convention. In particular, Lamartine did not declare war on Europe, let alone on Britain. He was conscious that the attitude of London would be decisive, and he strove to obtain the benevolence of the foreign office and of its representative in Paris, normanby. He managed to do so, and England deterred the other powers from intervening against the new republic. The United-Kingdom was spared by the 1848 revolution. But there was protest on two fronts : chartism and the irish nationalist movement for repeal. It was the third and last wave of the movement for the charter. In the island of Erin ridden by famine, the leaders of young Ireland tried to take advantage of the french revolution so as to obtain the repeal of the act of union. Both movements failed : they did not find a sufficient number of supporters and had to cope with the terrible efficiency of the state, as well as with the prevailing consensus among British politicians. What view did the british hold of the french revolution? Newspaper articles, speeches, sermons, letters diaries, literary works - the documents of the period were packed with reactions, sometimes very different from one another. Most hailed the fall of the july monarchy. Chartists, irish nationalists and some english radicals were enthusiastic about a second republic that gave a new birth to the values inherited from the 1789 revolution. For the most conservative of them, these remote echoes were detestable spectres. 1848 set new problems : the french "right to work", the organisation of labour through the national workshops, the socialist theories all preoccupied the victorians, as they echoed the social problems known by the kingdom. Thus, the 1848 french revolution mirrored their evils and their hopes.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par l'Harmattan à Budapest [etc.], Montréal, Paris

Les Britanniques face à la Révolution française de 1848


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (653 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 421 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 6309
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par l'Harmattan à Budapest [etc.], Montréal, Paris

Informations

  • Sous le titre : Les Britanniques face à la Révolution française de 1848
  • Dans la collection : ˜L'œAire anglophone
  • Détails : 1 vol. (451 p.)
  • ISBN : 2-7384-9787-X
  • Annexes : Bibliogr. p. 409-432. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.