Discours d'auschwitz : litterarite, representation et symbolisation dans les récits de déportation du complexe auschwitzien (1955-1995) et leurs exegeses

par Karla Grierson

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Jean Bessière.

Soutenue en 1997

à Paris 3 .


  • Résumé

    Cette étude part d'un constat troublant : l'ignorance et le refoulement de la parole (écrite) des survivants dans les commentaires sur la déportation et le génocide hitlériens. A partir de 51 récits de vie sur Auschwitz en français, anglais, allemand et italien, ainsi que d'un corpus étendu de travaux critiques, nous confrontons la communication de l'expérience voulue par les rescapes avec la revendication du "silence" qui caractérise bon nombre d'exégèses. Il ne s'agit pourtant pas du décryptage du vécu, mais uniquement de la représentation ou la façon de l'exprimer. Après la brève présentation du cadre historique des récits, la première partie de notre étude, dressant le bilan des commentaires critiques sur l'écriture de la déportation et du génocide, ainsi que des situations biographiques des auteurs des récits, se consacre précisément a démontrer la distinction entre le récit et l'expérience, qui confère aux écrits des survivants leur caractère littéraire ou littérarité. Cette idée, présentée de manière hypothétique, trouve sa confirmation empirique dans la deuxième partie du travail, dans laquelle le lecteur découvre le vaste univers scripturaire crée par les rescapes d’Auschwitz, qu'une minorité de commentateurs, dans le cas des quelques récits les plus connus, ont tenté d'éclaircir. La représentation de l'expérience d’Auschwitz ne se limite pas à la simple description des personnes, lieux et situations, et si ceux-là restent prédominants dans beaucoup des cas, les récits tendent aussi à transmettre leurs messages par des voies moins directes, que nous pouvons appeler des symboles et une symbolique propres. C’est ainsi, nous le voyons dans la troisième partie de l'étude, que les rescapes sont parvenus à représenter ce qui est difficile à décrire d'une manière littérale : le génocide. Pourtant, si les récits des survivants ont été capables de représenter, voire transcender l'expérience par l'expression symbolique, on ne peut pas dire autant de la partie des tentatives de symbolisation venant des exégèses qui soit même aux propos creux sur le "silence" et "l'indicible", soit gomme la particularité du vécu d’Auschwitz par un discours fourre-tout sur "Auschwitz", mot-valise pris comme symbole de la shoah, de l'ensemble des crimes nazis, ou même de la barbarie au 20e siècle.

  • Titre traduit

    Speaking of Auschwitz literarily, representation and symbolization in survivor accounts of the Auschwitz camps (1955-1995) and their exegeses


  • Résumé

    This study is based on a disturbing observation: the ignorance and repression of the (written) voice of survivors in commentary on the national socialist deportation and genocide. Dealing with 51 autobiographical accounts of Auschwitz in French, English, German and Italian, as well as with a large body of critical work, we confront the communication of experience deemed necessary by the survivors with the "silence" that characterizes a great number of exegeses. However, we are not concerned with decoding the experience itself, but only with its representation or the way in which it is expressed. Following the brief presentation of the historical setting of the accounts, the first section of our study, while assessing the critical discourse on writing of the nazi deportation and genocide, as well as the biographical profiles of the authors of the accounts chosen for the study, is devoted to establishing the distinction between writing and experience, which gives the survivor accounts their literary quality or literarily, this concept, presented hypothetically, is confirmed empirically in the second section of our analysis, where the reader discovers the vast descriptive universe created by the survivors of Auschwitz, that a minority of commentators, in the case of the most well-known texts, have attempted to interpret. The representation of Auschwitz is not limited to simple description of persons, places and situations, and if these remain predominant in many cases, the survivor accounts also transmit their message through less direct channels, that we may call symbols and a symbolic system. It is thus, as we see in the third section of the study, that the survivors have succeeded in representing that which is difficult to describe literally: the process of genocide. Nevertheless, if the survivor accounts are capable of representing or even transcending experience through symbolic expression, the same cannot be said of those attempts at symbolization, found in critical discourse, which either lead to empty remarks on "silence" and "unspeakability", or erase the particularity of survival in Auschwitz with a jumble of generalities about "Auschwitz", used as a nebulous symbol of the Shoah, of all Nazi crime, or even of barbarity in the 20th century.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par H. Champion à Paris

Discours d'Auschwitz : littérarité, représentation, symbolisation


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (745 p.).
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 668-[740]. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 809.094 GRI
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par H. Champion à Paris

Informations

  • Sous le titre : Discours d'Auschwitz : littérarité, représentation, symbolisation
  • Dans la collection : Bibliothèque de littérature générale et comparée , 37 , 1262-2850
  • Détails : 1 vol. (526 p.)
  • ISBN : 2-7453-0722-3
  • Annexes : Bibliogr. p. [469]-510. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?