La passion du je : perception du sujet dans l'oeuvre de John Barth

par Emmanuelle Delanoë-Brun

Thèse de doctorat en Études nord-américaines

Sous la direction de Marie-Christine Lemardeley.

Soutenue en 1997

à Paris 3 .


  • Résumé

    La perception et la representation du sujet sont au coeur de l'oeuvre du romancier americain john barth, a laquelle elles donnent une coherence au-dela de la diversite apparente des romans. Cette these se propose d'etudier le parcours d'un auteur qui, soulevant d'abord par l'entremise de narrateurs en quete d'eux-memes le probleme d'une conscience de soi ravagee, en vient a depasser paradoxalementla question du sujet dans une fiction plus ouvertement biographique, construite a deux voix. Une premiere partie etudie dans les deux premiers romans de barth les discours spectaculaires et fuyants de deux narrateurs incapables de se definir comme sujets, qui ecrivent pour palier a leur beance intime. La seconde partie met l'accent sur les romans de la demystification, dans lesquels barth s'attache a defaire par la parodie les mythes identitaires vehicules par la culture occidentale, ouvrant la voie a une litterature ludique, concue comme un jeu de construction et de deconstruction,discourant d'elle-meme en l'absence de point d'ancrage parfaitement fiable en amont comme en aval du texte. Mais ce jeu laisse progressivement transparaitre une confiance naissante dans l'autre, amante ou lecteucents ouvertements intimes et pourtant fictionnels, dans laquelle l'auteur met en scene les romans de son existence et chante le couple, garant d'une identite derobee dans le regard de l'autre. Conscient de la fictionnalite de toute representation de soi, barth invite son lecteur a le suivre dans le parcours rejouit des fictions, dans le deploiement d'une litterature fleuve. On. Mais cette double defaillance inscrite dans le discours laisse le champ libre a la creation fictive de soi dans une oeuvre aux accents ouvertements intimes et pourtant fictionnels, dans laquelle l'auteur met en scene les romans de son existence et chante le couple, garant d'une identite derobee dans le regard de l'autre. Conscient de la fictionnalite de toute representation de soi, barth invite son lecteur a le suivre dans le parcours rejouit des fictions, dans le deploiement d'une litterature fleuve.

  • Titre traduit

    Examining the "1" : perception of the self in John Barth's fiction


  • Résumé

    The perception and the representation of the self are major concerns in the works of the contemporary american novelist john barth, as these two issues provide his novels with a coherence that belie their apparent diversity. This dissertation aims at analyzing the evolution of a writer who first ponders on the difficulty for the individual to express his shattered and emptied out perception of himself, yet who eventually manages to subdue the question of the self in a fiction that tends paradoxically to get more and more autobiographical. The first part focuses on barth's first two novels, and on the spectacular yet slippery discourses of two narrators unable to define themselves as consistent subjects, who write to try and overcome their intimate void. The second part analyzes barth's subsequent attempts at demystifying a literature and culture intent on building up the myth of the independant self, first through parody then through deconstruction, in novels of a playful and disrespecful nature. However, beside the playfulness, there transpires in these novel be budding confidence in the other, reader or lover, towards whom barth's characters project their desire to be, although tey are well aware of their inner nothingness. Barth's latest novels, which are examined in the third part, ratify the impossibility to express the dislocated self and to evade the deceitful nature of representation. Yet this double failure liberates a tendency towards the fictive recreation of oneself in novels which paradoxically mix autobiographical yet openly fictionalized elements. The author stages the fictions of his own existence and promotes the image of the couple, which appears to him as the sole refuge of an identity that gets alienated yet inscribed in the eyes of the other. Aware of the fictive nature of self-representation, barth leads his reader into a delighted wandering through fiction, in the opening out of an ever expending literature.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 529 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 6047
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.