Histoire et fiction dans les chroniques italiennes de stendhal

par Yvon Houssais

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Philippe Berthier.

Soutenue en 1997

à Paris 3 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Notre analyse a pour objectif de mettre en evidence le rapport que l'auteur institue a l'histoire, cherchant la fidelite, non dans la reproduction du reel, mais dans celle d'un texte : la chronique de la renaissance. L'histoire, pour stendhal, devient ainsi effet d'histoire et s'inscrit dans une strategie de persuasion dont le lecteur est la cible. Qu'il s'agisse du discours du narrateur principal, dans le texte ou en peripherie, ou des procedes d'imitation, qui visent a faire passer les textes pour des traductions de chroniques italiennes, stendhal semble s'etre acharne a faire croire a la verite historique de ses <<chroniques>>, surtout lorsqu'il prenait ses distances avec l'histoire. En effet, les ecrits regroupes sous le terme generique <<chroniques italiennes>> relevent de strategies d'ecriture differentes - stendhal passe de la fidelite a la chronique a l'adaptation plus ou moins libre, pour finir par inventer purement et simplement tout ou partie de ses recits. Meme si elle l'eloigne de l'histoire, cette evolution l'amene a pratiquer une narration toute de sobriete et de retenue, aux ressorts dramatiques puissants, esthetique qui deviendra la marque du genre chez un merimee ou un maupassant, plus tard. La fiction l'emporte -t-elle des lors sur l'histoire ? certes, stendhal ne manque pas d'ironiser sur les historiens, epinglant leurs mensonges, leur venalite. Au sein des recits, il prend egalement ses distances avec l'histoire, en la reecrivant pour la soumettre aux exigenges de la dramatisation, en se detournant de tout ce qui releve de la reconstitution du quotidien, de la vie populaire, des mentalites. Cependant la dramatisation, si elle ruine le rapport de transparence institue entre la fiction et l'histoire, complexifie la relation entre ces deux plans. L'histoire apparait des lors comme antagonique au bonheur prive.


  • Résumé

    The purpose of our study is to put forward the relationships that stendhal strikes with history. Rather than convey an accurate picture of reality, the author abides by a literary tradition, namely the chronicles of renaissance. Thus history is changed into an appearance of reality and the reader becomes the target of a scheme of persuasion. The more stendhal draws away from history, whether in the main narrator's speech, within the text or outside the text, or in his imitation devices, the more pains he takes to make his readers believe in the historical truth of his chronicles. Indeed the stories gathered in the italian chronicles display a variety of writing schemes. Stendhal is first faithful to the chronicles of renaissance, then he draws away from them and ends up inventing his stories partly or even completely. Even if such a trend estranges him from history, it prompts him to adopt an unsophisticated and restrained style with powerful dramatic effects such as will be found later in maupassant or merimee's works. Does it mean then that fiction has carried the day over history? true, stendhal keeps sneering at the lies and disloyalty of historians. In his stories, he also grows away from history which he rewrites for the sake of dramatization and he disregards people's everyday lives and mentalities. As a result of dramatazation, fiction is no longer an accurate copy of reality and more complex relations are created between them. Eventually it seems that history was to crush the happiness of the individual.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 448 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 65 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.