L'oeil, la temporalite et l'enigme du tableau

par PIERRE BRUNON

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Eveline Pinto.

Soutenue en 1998

à Paris 1 .


  • Résumé

    Ma these place au commencement, fondateur, l'oeil : celui du peintre, celui du spectateur et le regard sur nous du tableau. Sur le tableau, deux regards se concilient : le regard erudit et celui de jouissance. Les deux regards doivent convoler dans une vision commune. Si on transcende la methode iconographique, alors le tableau mettra en mouvement tout notre etre, dans notre besoin de comprehension vers notre appetence de delectation. Le spectateur va d'abord reagir d'une maniere subjective. Par cette experience perceptive, il entre dans la sphere de l'intersubjectivite. Il y a un espace pictural qui se deroule, alors apparait l'interiorite, le temps, ce grand sculpteur, il en est de meme pour le tableau : son mouvement spatial genere son temps, est son temps. Il y a. Ainsi, un univers du tableau constitue par un espace et un temps. L'imagination cree un monde plus vivant. C'est la dynamique de l'oeuvre d'art, qui est son corps physique, corps physique etonnant parce qu'il n'est la que pour qu'emane de lui quelque chose de mysterieux, un apparaitre qui nous donnera et son acces et l'acces au monde. C'est "l'aura". L'enigme est la substance de l'oeuvre de l'art, elle en emane par une etrange metamorphose, comme un appel a soulever la visibilite pour faire apparaitre la trame de l'invisible, cette autre realite. L'art est la rencontre des libertes, liberte de l'artiste d'ou decoule l'oeil du spectateur et le regard du tableau. La receptivite et la connaissance peuvent alors epanouir l'oeuvre; c'est par sa liberte que l'artiste les engendrera. L'art moderne, l'art contemporain ne font qu'exprimer, souvent qu'exacerber, cette volonte d'initiative mais aussi cette necessite de changement. C'est precisement cette resistance pour son identite de l'artiste, qui va mettre en mouvement le tableau dans sa temporalite et faire que l'enigme lui est preexistante, comme l'est le mystere de l'etre humain.

  • Titre traduit

    ˜the œeye, the temporality and the enigma of painting


  • Résumé

    The base of my thesis is the eye : of the painter, the spectator and of the painting gazing at us. On the painting, two conciliatory looks : an erudite look and one of joy. The two looks have to wed within a shared vision. If one transcends the iconographic method, then the painting will move our very being, in our need towards understand to our appetite of delight. The spectator will first react in a subjective manner. Through this perceptive experiment, he goes into an intersubjective sphere. There is a pictorial space which unfolds, then the inferiority appears, the time, the great sculptor. It's the same for a painting : its' spatial movement, which generates its' time, is its' time. There is, in this manner, a universe of the painting composed by space and time. The imagination creates a more lively world. It is the dynamic of the art work, which is its' physical body, an astonishing physique because it's only there to enamate something mysterious, an apparition which gives us access to it and to the world. This is the 'aura'. The enigma is the substance of the artwork which is enamated by a strange metamorphosis, like a call which raises the visibility to bring out the web of the invisible, this other reality. Art is the meeting of freedoms, freedom of the artist, which flows through the spectator's eye, and the painting's gaze. The receptivity and the knowledge can then light up the work ; it's by this freedom that the artist generates them. Modern art, contemporary art only expresses, often exacerbates, this will of initiative and also this necessity of change. It's exactly this resistance, which moves the painting in its' temporality and makes the enigma pre- existent, like the enigma of the human-being.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 186 p.
  • Notes : THESE NON REPRODUITE
  • Annexes : 350 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.