La politique monetaire d'une economie ouverte emergente face a un choc exogene : le cas de la thailande de 1991 a 1997

par Serge Bésanger

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Guy Schulders.

Soutenue en 1998

à Paris 1 .


  • Résumé

    La thailande, pays aux finances publiques excedentaires, n'est pas immune aux chocs exogenes, ainsi que l'ont demontre les crises de 1991, 1995 et surtout 1997. Cette etude demontre que cette derniere crise est principalement due au creusement du deficit des transactions courantes. Pour pallier aux consequences de la crise mexicaine, le gouvernement thailandais adopta en 1995 une politique monetaire restrictive, caracterisee par une hausse des taux d'interet. Cette hausse entraina un afflux des capitaux a court terme, dont l'une des consequences fut le creusement du deficit des operations courantes. Face a un tel choc, plusieurs choix de politique monetaire s'of, frent a la banque centrale : elle peut augmenter ses exigences en termes de reserves, steriliser, etablir un controle des capitaux. . . Nous demontrerons que de tels choix peuvent se montrer contreproductifs. Notre point de vue est que la sterilisation des capi, taux au travers d'une politique monetaire restrictive risque d'entrainer un nouvel afflux de capitaux. Nous demontrerons pourquoi et comment, dans le cadre d'une politique de changes fixes, une economie ouverte comme la thailande a pu devenir la cible des capitaux etrangers a court terme. Cette etude confirme le caractere primordial d'une politique des changes adequate dans un contexte d'economie ouverte. Elle met egalement en exergue les liens entre politique monetaire, politique fiscale et politique des taux de change, afin d'aboutir a un ensemble de recommandations susceptibles d'etre extrapolees a d'autres economies ouvertes emergentes.

  • Titre traduit

    ˜an œemerging open economy's monetary policy faced with an exogenous shock : the case of thailande between 1991 and 1997


  • Résumé

    Thailand, whose public finances are in excedent, is not immune to exogenous shocks, as shown by the crises of 1991, 1995 and particu, larly 1997. This survey demonstrates that the latter crisis was mainly due to the worsening current account balance. In order to avoid the spread of the mexican crisis to the thai economy, the thai government adopted in 1995 a restrictive monetary policy, including increases in interest rates. These increases triggered further capital inflows, which worsened the current account crisis. In front of such a shock, the central bank is faced with several monetary policy options. It can increase reserve requirements, sterilise inflows, enact capital controls. . . We shall demonstrate that most of these option are actually counter-productive. Our point of view is that sterilisations in particular tend to worsen capital shocks, under a fixed exchange rate framework. We shall demonstrate how thailand, an open economy that used to operate under fixed exchange rates, became the target of short term capital inflows. This survey demonstrates the paramount importance of an adequate exchange rate policy within the framework of an open economy. It further highlights the links between monetary policy, fiscal policy and exchange rate policy, in order to bring about a set of recommendations which may be extrapolates to other emerging open economies.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (317 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 248-273

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre d'économie de la Sorbonne (Paris). Centre de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : P98-136
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.