Synthese, cristallochimie et conductivite electrique de nouveaux cuprates a structure t*

par GABRIEL CARUNTU

Thèse de doctorat en Physique - Chimie

Sous la direction de Jacques Choisnet.

Soutenue en 1998

à Orléans .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Concue comme l'addition des deux structures t et t, la structure t* des cuprates faisant l'objet de l'etude entreprise dans ce travail, s'avere etre un objet cristallochimique nouveau, qui presente des proprietes originales. La formation de cette structure implique une substitution partielle du lanthanoide dans les cuprates ln#2cuo#4 par un couple de deux cations et respecte une condition majeure relative a une difference de taille minimum entre le lanthanoide majoritaire et le petit lanthanoide. Elle rend possible sa stabilisation pour les solutions solides de type nd#2#(#1# ## #x#)sr#x y(ln)#xcuo4##, ln = y(ho, er, yb). Les domaines d'homogeneite de ces solutions solides sont tres etroits 0. 4 x 0. 5, correles a la forte tendance d'egalisation des quantites du nd#3#+ dans les deux blocs rs et cf. On observe egalement la presence de deux mecanismes de substitution simultanes, mais differencies au niveau de ces deux parties de la structure. Le niveau de contraintes cristallochimiques est affaibli, a cause de la diminution de l'effet de compression des liaisons cuo(1) equatoriales qui induit des composes deficitaires en oxygene, la non-stoechiometrie se presentant comme une combinaison de trois types de defauts. Ils presentent une distribution variable, suivant le metal y(ln) et la composition consideres. Les oxygenes equatoriaux jouent un role majeur pour la stabilisation d'une telle structure. Par l'augmentation de la pression d'oxygene, la semiconductivite affichee pour les composes prepares sous air evolue vers un etat semi-metallique, jusqu'a des temperatures de plus en plus basses. Mais, dans tous les cas il y a une transition d'un etat semimetalique vers un etat semiconducteur, qui ne depend pas de la nature du cation ln ou y dans les blocs cf. Une relaxation suffisamment bonne, realisee en absence de l'oxydation partielle du cu(ii) en cu(iii) explique la grande difficulte de ces composes a presenter une transition supraconductrice.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 172 P.
  • Annexes : 93 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.