La Gerbe : un organe collaborationniste

par Christian Marche

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Géraldi Leroy.

Soutenue en 1998

à Orléans .


  • Résumé

    La Gerbe, organe collaborationniste dirige par Alphonse de Châteaubriant, prix Goncourt 1911, paraît du 11 juillet 1940 au 17 août 1944. De nombreux écrivains, parfois talentueux, prêtent leur concours à la rédaction de La Gerbe qui prétend être l'"hebdomadaire de la volonté française". La composition de ce journal politique et littéraire permet d'affirmer qu'une grande partie des articles s'oriente vers le collaborationnisme. La propagande du journal est d'abord axée sur l'antisémitisme. Le Juif est, dit La Gerbe, l'allié naturel, sinon le créateur de la Franc-Maçonnerie. Il est l'instigateur de la révolution de 1789, l'inventeur de la démocratie parlementaire et du Bolchevisme. Le Juif manipulerait la Grande Bretagne, l'Amérique et l'union soviétique pour regner sur le monde entier. La Gerbe veut organiser et assainir la société en calquant le modèle nazi. Elle opte pour une Europe aryanisée et débarrassée du Bolchevisme. Mais la réalisation de l'ordre nouveau passerait d'abord par une entente Doriot-Deat. La révolution nationale, initiée par Vichy au début de l'Occupation, ne donne pas satisfaction à La Gerbe qui, de manière récurrente, dénonce l'attentisme des ministres vichyssois et réclame, en vain, la formation d'un parti unique. La critique littéraire de La Gerbe est politiquement orientée. La rédaction veut regenter les activités du théâtre, surveiller l'enseignement de la poésie. Si les choix littéraires du périodique sont éclectiques, la littérature champêtre est tout particulièrement affectionnée. Ce genre, déjà présent dans raison sociale du périodique, La Gerbe, se retrouve majoritairement dans les articles consacrés à la critique littéraire, les récits, les nouvelles et les feuilletons retenus par la rédaction. A la Libération, nombre de signataires de La Gerbe ont été poursuivis et condamnés. L'étude de ce périodique peut aider à mieux connaître, pour la période de l'Occupation, une partie et un aspect de l'histoire littéraire française.


  • Résumé

    La Gerbe, a collaborationnist newspaper managed by Alphonse de Châteaubriant, winner of the prix Goncourt 1911, was published between July 11th, 1940, to August 17th, 1944. Numerous writers, sometimes talented, contributed to La Gerbe which claimed to be the "hebdomadaire de la volonté française. " The composition of this political and literary organ leads one to conclude that a large number of articles promoted collaborationnism. The propaganda of this periodical is primarily centred around antisemitism. The Jew is, according to La Gerbe, the natural ally of the free-masonry, if not the creator. He is the instigator of the french revolution of 1789, the inventor of the parliamentary democraty and boshevism. The Jew would manipulate Great Britain, America and the Sovietic Union in order to control the whole world. The goal of La Gerbe was to organize and purify society by copying the nazi model. It opted for a Europe aryanised and free of Bolshevism. But the realisation of the new order could not begin without an agreement between Doriot and Deat. The national revolution, initiated by Vichy during the beginning of the Occupation, never satisfied La Gerbe which, continually, denounced Vichy ministers' procrastination and demanded, in vain, the formation of a single political party (parti unique). In La Gerbe, literary criticism was politically oriented. The editor sought to dictate to theatre and watch over poetry teaching at school. Although the periodical's literary taste was eclectic, it was, nevertheless, particuliarly fond of rustic literaure. This genre, already evoked by the newspaper's name, La Gerbe, is often present in the articles devoted to literary criticism, short stories and serials published by the weekly. After the Liberation, many people who wrote articles for La Gerbe, were prosecuted and sentenced. An analysis of this paper can help us to understand better, in respect of the period of the Occupation, the history of french literature.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol.(500 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 297 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2803
  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.