Analyse des reponses lymphocytaires t cd8#+ intrasynoviales chez des patients atteints d'arthrites chroniques autoimmunes : mise en evidence de fortes reponses t anti-virales au sein des lesions articulaires

par EMMANUEL SCOTET

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de ELISABETH HOUSSAINT CHALMEAU.

Soutenue en 1998

à Nantes .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La polyarthrite rhumatoide est une maladie autoimmune caracterisee par une destruction progressive des structures articulaires. Elle affecte 1% de la population mondiale et son etiologie demeure encore inconnue. Une caracteristique majeure de cette pathologie est l'infiltration massive de certaines populations sur-representees de lymphocytes t au sein des articulations atteintes. Le role possible des lymphocytes t a ete suggere mais aucune donnee concluante n'a pu etre apportee quant a leur specificite et leur pathogenicite, en particulier aux stades tardifs de la maladie. De nombreux antigenes candidats ont ete proposes, notamment des antigenes du soi. L'implication de nombreux agents infectieux dans cette pathologie, comme des bacteries et des herpesvirus (virus d'epstein-barr (ebv), cytomegalovirus (cmv) a aussi ete proposee. Nous avons tente de caracteriser la specificite de clones de lymphocytes t cd8#+ intrasynoviaux issus de populations tres representees dans l'articulation et reactifs vis-a-vis de la lignee b-ebv autologue, chez deux patients atteints de polyarthrite rhumatoide. Ce travail repose sur le criblage d'une banque d'expression d'adnc par la methode de transfection dans la lignee cellulaire cos. Les resultats montrent que la majorite des lymphocytes t cd8#+ intrasynoviaux de ces patients reconnaissent deux transactivateurs du cycle lytique de l'ebv : bzlf1 et bmlf1. Afin de verifier la generalite et la specificite de ce phenomene, nous avons entrepris une etude a grande echelle en recherchant l'existence de reactivites t cd8#+ intrasynoviales et peripheriques vis-a-vis de nombreuses proteines ebv et cmv, dans de nombreux contextes cmh de classe i, chez un grand nombre de patients atteints de differents types d'arthrites autoimmunes. Les resultats montrent que la majorite des patients (2/3) souffrant d'arthrite chronique autoimmune developpent un enrichissement synovial de cellules t cd8#+ dirigees contre l'ebv et/ou le cmv. Ces reponses ont une forte stabilite dans l'espace et le temps. L'analyse des taux d'expression de certains herpesvirus dans l'articulation de certains patients atteints de pr montre qu'il n'y a pas de correlation entre l'expression locale de certains antigenes ebv dans l'articulation et l'accumulation de populations t specifiques a cet endroit. Ces resultats renforcent l'hypothese d'une activation peripherique de ces populations t anti-herpesvirus qui migreraient ensuite vers l'articulation pour s'y accumuler. Ces resultats sont en faveur d'une implication indirecte de ces virus dans la progression de la maladie. Les lymphocytes t diriges contre ces herpesvirus ubiquitaires auraient alors un role dans l'aggravation et/ou la perpetuation de l'arthrite chronique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 237 P.
  • Annexes : 209 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 98 NANT 2033
  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 98 NANT 2033
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.