Autorévélation de l'Homme : lecture jungienne de l'oeuvre de Hermann Hesse

par Christian Dumontel

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Jean-Marie Paul.

Soutenue en 1998

à Nancy 2 .


  • Résumé

    L'oeuvre de Hermann Hesse connaît en 1917 un tournant important puisque la pensée du psychiatre et psychologue zurichois C. G. Jung apparaît dans le roman Demian. Le degré de précision de la reprise des théories jungiennes ainsi que l'ampleur de celle-ci amènent à reconsidérer la création littéraire de l'écrivain à l'aune du processus d'individualisation. Le héros "hessien" peut enfin franchir les portes de l'inconscient et se départir de la cécité mentale qui le caractérisait. L'Homme moderne doit comprendre que seules une relativisation des valeurs de la Raison, donc de la conscience psychologique, et sa propre reconstitution à l'aide des enseignements apportés par les mythes, les rites et les religions des sociétés primitives, ainsi que la prise en compte des messages indispensables à l'élaboration d'un équilibre entre conscient et inconscient livrés par les archétypes, lui permettront de parvenir au stade d'Homme individué. C. G. Jung permet donc indirectement aux personnages de Hermann Hesse de quitter la sphère individuelle et d'évoluer dans la strate collective de leur inconscient. Ainsi l'Homme d'aujourd'hui se trouve-t-il confronté, en lui-même, à l'Homme ancestral comme à l'Homme universel. Ce mécanisme intrapsychique induit la possibilité de donner naissance à soi-même, d'accéder au Soi jungien. Cette éventualité se meut en finalité, elle devient l'éthique personnelle des protagonistes. Ainsi le roman de formation dans la tradition "kellerienne" acquiert-il une dimension psychanalytique. Mais dans quels buts, pour quelles raisons Hermann Hesse a-t-il fait de son expérience de l'analyse une source d'inspiration ? Dans quelle mesure ses romans, contes et nouvelles s'en trouvent-ils modifiés ? Et qu'en est-il de l'intégrité intellectuelle de l'écrivain ?

  • Titre traduit

    Autorevelation of man : analysis of the works of Hermann Hesse based on the ideas of C.G. Jung


  • Résumé

    The year 1917 appears to be a watershed in the literary works of Hermann Hesse since the ideas of the Zurich psychiatrist and psychologist C. G. Jung appear in the novel Demian. The novelist has adopted Jung's theories on the literary plane and this is why a study of the artistic creation, which takes into account all his novels, tales and short stories and which is based on intertextuality, is not only jusitifed but necessary. After undergoing psychoanalysis under the direction of Dr Lang, a disciple of C. G. Jung, and afterwards by Jung himself, Hermann Hesse is able to give a new perspective to the hopeless situation of his protagonists, who in such tales as Peter Camenzind or Gertrud repeatedly hang into the door of their own unconscious mind and therefore cannot have a positive development. Due to his knowledge of C. G. Jung's discoveries, in particular those of the collective unconsciousness, Hermann Hesse invites the reader to accompany his "Hessian" characters along the path to initiation which is his "process of individualization". Thus the Keller-type novel of education takes on a psychoanalytical dimension. But why has Hermann Hesse used his personal experience of psychoanalysis as a source of inspiration ? What is the aiming at ? To what extent has this modified his writing and what can be said about the intellectual integrity of the writer ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (500 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 421-445. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : LN 98/6
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.