L'infection par le virus de l'immunodéficience humaine de type 1 : pronostic et qualité de vie

par Philippe Vanhems

Thèse de doctorat en Épidémiologie et santé publique

Sous la direction de Jean-Pierre Deschamps.

Soutenue en 1998

à Nancy 1 .


  • Résumé

    Dans une première étude, nous avons mis en évidence une relation dose-effet entre le nombre de symptômes présents au moment de la primo-infection par le virus de l'immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) et la progression de la maladie et la survie. Un nombre élevé de symptômes a été associé significativement à une progression plus rapide vers le SIDA et à une survie plus courte. L'évaluation pronostique d'un score de gravité d'une pneumocystose chez 78 patients infectés par le VIH a constitué la deuxième étude. Ce score était constitué d'items cliniques et d'un item radiologique. Plus le score avait une valeur élevée plus la pneumocystose était sévère. 73 patients ont survécus plus de 45 jours après le diagnostic alors que 5 sont décédés pendant la même période. La valeur du score différait statistiquement entre les patients survivants et les patients qui allaient décéder au jour 3 (p=0,03), au jour 7 (p=0,05) et au jour 14 (p=0,001) après le diagnostic mais pas au jour 0 (p=0,07). Ce score a été •un meilleur prédicteur du décès que les LDH et que •le score de Kamofsky. La valeur pronostique des lymphocytes CD4+ est peu connue chez les patients séropositifs pour le VIH ayant une immunosuppression avancée. Dans un troisième travail, nous avons étudié les facteurs associés à la survie selon le niveau de CD4+ chez 97 patients ayant moins de 50 CD4+/mm3. La médiane de survie a été de 9,3 mois chez les patients ayant eu 2 mesures consécutives (en moins de 3 mois) de CD4+≤ 20/mm3 comparée à 19,2 mois pour les patients ayant eu 2 mesures comprises entre 20 et 50 CD4+/mm3. Le risque relatif de décès ajusté a été de 3,19 [IC 95% 1,69 - 6,01] pour les patients ayant des CD4+≤20/mm3 comparé aux autres patients. La qualité de vie est un domaine aussi essentiel que la survie chez les patients infectés par le VIH. Nous avons revue les études publiées dans ce domaine après une recherche par MEDLINE et d'après les résumés des différents congrès. Les instruments de mesures qui semblent les plus appropriés sont le Q-TWIST, le MOS et le score de Spitzer. Nous estimons que le développement de nouveaux instruments de mesure n'est pas une priorité si l'on peut adapter ceux qui existent déjà aux patients infectés par le VIH. Les études d'évaluation de la qualité de vie chez les patients qui utilisent de la drogue par voie intraveineuse devraient être plus nombreuses.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (116 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 110-116

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle médecine et odontologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 265414
  • Bibliothèque : Université de Lorraine (Vandoeuvre-lès-Nancy, Meurthe-et-Moselle). Direction de la Documentation et de l'Edition - BU Santé.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.