Contribution des approches cytogénétique et moléculaire a l'étude systématique et évolutive des genres de rongeurs de la division arvicanthis (rodentia, muridae)

par Jean-François Ducroz

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Vitaly T. Volobouev.

Le président du jury était Simon Tillier.

Le jury était composé de Vitaly T. Volobouev, Janice Britton-Davidian, Guy Graham Musser.

Les rapporteurs étaient Ernesto Capanna, François Catzeflis.


  • Résumé

    La sous-famille des murinae, la plus nombreuse des mammifères avec 122 genres et 529 espèces décrites, pose de nombreux problèmes sur le plan systématique, notamment l'absence de tout cadre taxonomique intermédiaire entre la sous-famille et le genre. Nous nous sommes donc intéresses a un groupe de sept genres (arvicanthis, desmomys, golunda, lemniscomys, mylomys, pelomys et rhabdomys) désigne sous le terme de division arvicanthis et présente comme un regroupement supragenerique possible. L’étude systématique et évolutive de ce groupe a été envisagée par deux approches complémentaires : l'analyse cytogénétique par marquage chromosomique (chromosome banding) et l'analyse moléculaire par séquençage de tout ou partie de trois gènes mitochondriaux : le cytochrome b, l'arnr 12s et l'arnr 16s. L’analyse comparée du marquage chromosomique appliquée pour la première fois à quatre nouvelles espèces de la division (arvicanthis somalicus, lemniscomys macculus, lemniscomys rosalia et rhabdomys pumilio) a mis en évidence des remaniements chromosomiques qui ont notamment été utilises pour l'établissement de la phylogénie chromosomique du genre arvicanthis. L’arbre obtenu à partir des caractères chromosomiques est largement congruent avec les données de l'analyse moléculaire, et permet de mettre en évidence les modalités de l'évolution chromosomique dans ce genre, et le rôle de marqueurs des remaniements chromosomiques entre les différentes lignées. L’analyse moléculaire a permis de mettre en évidence la monophylie de l'ensemble forme par les six genres africains de la division et leur séparation en trois lignées distinctes : arvicanthis/mylomys/pelomys, desmomys/rhabdomys et lemniscomys. La position exacte du genre asiatique golunda n'a pu être précisée, même s'il apparait clairement appartenir à un ensemble plus large comprenant les genres africains de la division et d'autres murinae africains (aethomys, dasymys, grammomys, hybomys), ensemble pour lequel nous proposons de créer la tribu des arvicanthini. Les résultats moléculaires ont été corrélés avec une échelle temporelle en utilisant l’Age de la dichotomie mus/rattus estimée a 12 ma. Cette calibration indique que la radiation des genres de la tribu des arvicanthini se serait produite à la fin du miocène, entre 8,5 et 7 ma.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (247 p.)
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 1998 -- 30
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.