La culture du Cannabis sativa L. Au Liban : entre tradition et répression

par Hassane Makhlouf

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Yves Monnier.

Le président du jury était Paul Butel.

Le jury était composé de Bernard Bodo, Francis Caballero, Claude Sastre.

Les rapporteurs étaient Paul Butel, Étienne Le Roy.


  • Résumé

    Le cannabis est connu au Liban depuis plusieurs siècles. Sa culture, à des fins économiques, prit de l'ampleur vers 1850 et devint, au milieu du XXe siècle, l'une des principales cultures de la région de la Bekaa'. Les autorités libanaises essayaient, souvent par la force, d'abolir le cannabis du pays. Cependant, cette culture traditionnelle résista à toutes les tentatives d'élimination et sa pratique se propagea dans toutes les zones pauvres du Liban. La situation socio-économique très précaire dans laquelle se trouvaient les paysans, l'absence totale d'une politique agricole adéquate et la rentabilité souvent assurée du cannabis, furent les causes de l'extension de cette plante. Aujourd'hui, et malgré les efforts déployés pour la répression, la culture du cannabis reste toujours présente dans la plaine de la Bekaa' et notamment dans les zones isolées. Ceci est dû, essentiellement, a l'absence d'alternatives. En effet, aucune aide concrète pour la reconversion n'a été proposée aux paysans en contre partie de la destruction de leurs champs de cannabis et la conséquence de cette politique répressive fut la dégradation totale de leurs conditions de vie. L'élimination de la culture du cannabis au Liban ne peut se faire que par un projet de développement alternatif global. Il aura pour but l'amélioration de l'infrastructure (sante, école) des zones productrices de cannabis afin d'alléger les charges sociales qui pèsent sur les paysans. Ce projet devra être accompagne par une nouvelle politique agricole cohérente, visant l'introduction de nouvelles cultures susceptibles de remplacer le cannabis et de créer un cycle économique transparent et indépendant de l'argent noir. Malheureusement, aucune volonté réelle, dans ce sens, ne se manifeste de la part des responsables libanais, et les régions productrices du cannabis s'enfoncent de plus en plus dans la pauvreté et le sous-développement, risquant ainsi des désordres politico-sociaux dans un pays ou l'équilibre est très fragile

  • Titre traduit

    The growing of cannabis satival in lebanon between tradition and repression


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (320 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 231 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 1998 -- 19
  • Bibliothèque : Musée de l'homme. Bibliothèque spécialisée.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : M 1546
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.