Interventions sociales et médias : entre professionnalisation et déprofessionalisation

par Vincent Meyer

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jean-Yves Trépos.

Soutenue en 1998

à Metz .


  • Résumé

    Les années 90 sont encore plus que les précédentes décennies porteuses d'interrogations sur la validité des interventions sociales et les compétences professionnelles des intervenants sociaux. Ces derniers sont, aujourd'hui, très directement mis ou remis en cause et juges de moins en moins compétents pour traiter seuls les questions sociales. Ils sont concurrences par d'autres agents, professionnels ou bénévoles qui, comme eux, sont ou se sentent concernés par les difficultés sociales du moment. Au sein de la nouvelle dynamique qui semble s'appliquer actuellement à la définition des +questions sociales; et aux +solidarités essentielles;, les rôles et fonctions d'information, de communication et de médiatisation, prennent une place croissante ; elles ne donnent pas vraiment plus de moyens pour insérer, accompagner, soigner les personnes atteintes d'un handicap ou souffrant d'une inadaptation ou d'une forme d'exclusion mais d'autres moyens et surtout une autre visibilité dans l'espace public qui vont influer sur les conditions d'existence et d'exercice de plusieurs groupes professionnels. Notre recherche montre les mécanismes par lesquels l'intervention sociale reçoit des medias des éléments qui vont entrer dans sa construction ou reconstruction et comment ces medias s'alimentent d'éléments des questions sociales pour poursuivre leur propre construction. En d'autres termes, étudier d'un cote ce qui est médiatisable aujourd'hui dans les interventions sociales (le travail médiatique du social) et d'un autre, la part d'intervention sociale qui revient actuellement aux medias et principalement à la télévision (le travail social des medias). Appréhender la nature des co-constructions amorcées ou opérées par le tramage de ces deux champs professionnels renvoie à observer et à analyser les changements dans la configuration et la disposition, dans l'espace public, des situations et identités professionnelles mais également dans la distribution et l'interprétation des rôles de chacun d'entre eux. On observe déjà que les transformations à l'œuvre dans l'un et l'autre de ces champs apparaissent comme autant d'éléments d'un processus global de professionnalisation et de déprofessionnalisation et participent de l'articulation d'un nouveau dispositif de production de la réalité sociale légitime

  • Titre traduit

    Social interventions and medias between professionnalisation and deprofessionnalisation


  • Résumé

    The nineties more than the previous decades have raised a number of issues about the validity of social interventions as well as the professional ability of the common socials contributors. The latter are nowadays directly implicated or even challenged and considered less and less capable of handling social issues on their own. Presently, they are challenged by different kinds of other professional or voluntary workers who may as well feel concerned hy the social actualities. Thus, it appears that in this new context characterizing the definition of social issues and essential solidarity, the roles and functions belonging to the field of information, communication and promotion through the media, seem to play a part that becomes more and more important. They do not really give more means designed to insert, or look after the disabled or people suffering from maladjustment or any other form of exclusion. However, other means and especially another visibility in the public field will influence the existence and working conditions of several professional groups. The main objective of our research work is to describe the various mechanisms through which social intervention collects, from the medias, the items that will be involved in its construction or reconstruction. We also want to show how these medias take advantage of such elements in order to achieve their own construction. This means studying : first, what can nowadays be promoted by the medias in terms of common social interventions (me social mediatical work), and secondly, the part of social action which can be attributed to the medias and specially television (the social work of the medias). A better understanding of the co-constructions prompted or carried out by the interdependent and joint action of these two professional activities, leads us to observe and analyse the changes in the arrangement and layout, within the public domain, of the respective professional situations and identities but also in the cast and understanding of the role of both types of contributors. The transformations which are in progress in each one of the previous fields already appear to be as many elements of a same global procedure of professionalisation, and seen another way, what we call deprofessionalisation, and this therefore contributes to setting out a new production in the field of social reality

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (357, 82 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 347-355

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèque du Saulcy.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Campus lettres et Sciences Humaines. Studothèque Athéna.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.