Théorie et pratique des systèmes financiers sous l'influence de l'Islam

par Ali Toussi

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-François Goux.

Soutenue en 1998

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette étude consiste à démontrer que le système financier islamique est un système financier comme les autres, malgré la non utilisation du taux d'intérêt. Le système financier islamique vise à poser les fondements d'un ordre économique islamique qui soit alternatif au modèle dominant. Il propose une nouvelle coexistence entre la vie religieuse et la vie matérielle, afin d'empécher la dégradation de la vie sociale avec une tendance purement matérialiste. Ce travail essaie de déduire un modèle théorique du système financier islamique en comparant ce système avec le système traditionnel. Il suggère que l'islamisation d'un système financier ne signifie pas le rejet en bloc des théories classiques. La suppression de l'intérêt a suscité de nouvelles techniques : la Moudaraba, la Moucharaka et la Mourabaha, que nous identifions à un système de participation aux pertes et aux profits. L'interdiction de l'intérêt du point de vue islamique provient de la raison qui le voit comme un facteur de désordre monétaire et qui fait que les opérations de financement et d'émission de monnaie se font selon la règle prestative et non selon les considérations de productivité. Ce travail essaie également de mettre en évidence l'organisation et le fonctionnement de la banque islamique, par les fonctions classiques des banques, à savoir l'intermédiation financière, la création monétaire et les prestations de services. La singularité de la banque islamique trouve son origine dans les conditions où elle fonctionne en remplaçant le taux d'intérêt par le taux de participation aux pertes et aux profits. Cette thèse étudie également le statut de la monnaie dans un système financier islamique. Ce système ne voit pas la monnaie comme un bien comme les autres et voit l'intérêt comme un élément qui détourne la monnaie de sa finalité comme intermédiaire d'échange.


  • Résumé

    This study of the Islamic financial system enabled to demonstrate it is a financial system like any other ones, the only difference being the lack of rate of interest. The foundations of a new economic order, as an alternative to the main model, were defined. The islamic financial system enables the coexistence of the religious life together with the material life and prevents the degradation of the social life towards a purely materialistic one. A theoretical model of the Islamic financial system was deduced from a comparison with the traditional system. It was suggested that the islamization of a financial system does not necessary deny the whole classical theory. Suppression of the interest aroused new techniques : the Moudaraba, the Moucharaka and the Mourabaha, identified to a profits and losses sharing. The islamic view point the prohibition of interest is because of monetary disorder. Islam considers that the interest makes financing operations and currency emission to be based on the lending rule instead of productivity considerations. This work tries equally to present clearly the organization and the functioning of the Islamic bank, by classic bank functions, namely the financial intermediation, the monetary creation and provision of services. The singularity of the Islamic bank is the replacement of the rate of interest by the rate of the participation in losses and profits. This thesis also studies the status of the currency in an Islamic financial system. This system does not see the currency as a good as others and sees interest as an element that diverts the currency from its finality as an intermediary of exchange.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (214 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 202-209

Où se trouve cette thèse ?