Hôtes bactériens du plasmide Ti d'Agrobacterium tumefaciens et transferts conjugatifs à la microflore du sol

par Sylvie Teyssier-Cuvelle

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Xavier Nesme.

Soutenue en 1998

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Xavier Nesme.


  • Résumé

    Les plasmides pti heberges par des bacteries du sol appartenant au genre agrobacterium et codant des fonctions phytopathogenes sont auto-conjugatifs. Ils peuvent ainsi se disseminer et perdurer dans la microflore du sol. L'etude a consiste a mieux definir les bacteries du sol formant le reservoir potentiel du pti dans ce biotope. Dans une premiere partie, le spectre d'hote bacterien du pti a ete redefini en testant un ensemble de bacteries choisies a priori sur la base de leurs proximites phylogenetiques avec agrobacterium tumefaciens. Le systeme conjugatif utilise comprenait une souche donatrice derivee polyauxotrophe de la souche standard c58 hebergeant un plasmide derive du ptic58accr par insertion d'une triple cassette de resistance aux antibiotiques km, ery, gm dans tram. L'etude a montre que le spectre d'hote bacterien des pti incrhl se limitait aux membres de la famille des rhizobiaceae, incluant le genre mycoplana pour lequel cela n'avait pas ete montre auparavant. Chez agrobacterium, le nombre de transconjugants isoles par bacterie receptrice variaient de 10 1 a moins de 10 8, montrant que la frequence de reception du pti depend tres fortement de la souche receptrice utilisee. Une analyse mettant en uvre des bacteries receptrices presentant le meme fond chromosomique c58 mais hebergeant differents types de plasmides pat, pti ou pri residents, montre que la presence d'un plasmide incompatible dans la souche receptrice diminue nettement le nombre de transconjugants obtenus. L'effet inhibiteur est plus important si le plasmide residant appartient a un type opinique different de celui du plasmide transfere. Deuxiemement, pour acceder sans a priori a l'ensemble des bacteries potentiellement hotes du pti dans le sol, des experiences de conjugaison ont ete menees avec le systeme conjugatif precedent en substituant les bacteries receptrices par un culot de bacteries separees du sol par un gradient de densite. Un nombre important de transconjugants a ete obtenu par cette methode, mais curieusement aucun n'a ete identifie comme appartenant a une espece d'agrobacterium deja decrite. L'analyse du rrs (16s) a montre que les transconjugants appartenaient a des rhizobiaceae non decrites precedemment, mais qui pouvaient etre rattachees au genre sinorhizobium. L'analyse de l'intergene rrs-rrl (16s-23s) a montre la presence de differents genotypes parmi les souches transconjugantes indiquant qu'il y avait eu plusieurs evenements de conjugaison independants. La strategie developpee permet ainsi d'isoler les bacteries du sol apparaissant comme les meilleurs recepteurs de pti, pouvant constituer des hotes bacteriens intermediaires intervenant dans l'ecologie et la dynamique des populations des pti.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (vii-100-II f.-[10] f. de pl.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 83-100

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.