Rôle de l'auxine fongique dans la symbiose ectomycorhizienne Hebeloma cylindrosporum - Pinus pinaster : influence d'un mutant surproducteur d'AIA sur le métabolisme carboné de la plante

par Valérie Bagonneaud Berthomé

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Gilles Gay et de Jean-Claude Debaud.

Soutenue en 1998

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Gilles Gay, Jean-Claude Debaud.


  • Résumé

    Le role de l'auxine fongique dans l'association symbiotique hebeloma cylindrosporum/pinus pinaster a ete etudie en utilisant comme modele biologique un mutant fongique surproducteur d'auxine et la souche sauvage correspondante. Le mutant surproducteur d'aia est plus infectieux que la souche sauvage : il forme plus de mycorhizes et celles-ci presentent un reseau de hartig fortement hyperotrophie, ce qui suggere que l'aia fongique pourrait affecter la structure de la paroi des cellules hote, favorisant ainsi la formation du reseau de hartig. Des observations anatomiques effectuees sur des mycorhizes ont permis de confirmer cette hypothese et de montrer que l'auxine fongique induisait des modifications de la polarite de croissance des cellules corticales racinaires de la plante hote. Sachant que l'edification de la paroi des cellules vegetales consomme une partie importante des hydrates de carbone issus de la photosynthese, on peut emettre l'hypothese que le champignon, via sa production d'auxine, modifie le metabolisme carbone de la plante et draine les hydrates de carbone necessaires a sa propre croissance. J'ai verifie cette hypothese en montrant que le champignon modifie profondement la repartition des sucres dans la plante hote, les parties aeriennes de la plante s'enrichissant en sucres et les racines mycorhizees s'appauvrissant. Cet effet est plus marque dans les plantes inoculees par le mutant que dans celles en association avec la souche sauvage, ce qui suggere que l'auxine fongique pourrait etre impliquee dans les relation source-puits entre les deux partenaires de la symbiose. Bien que tres infectieux et consommant une partie significative des produits de la photosynthese, le mutant, comme la souche sauvage, n'inhibe pas la croissance de la plante hote mais la stimule au contraire. L'etude de l'activite photosynthetique des plantes a permis d'apporter un element d'explication a cette observation. En effet, les deux souches fongiques stimulent l'activite photosynthetique de la plante et la stimulation est plus forte en presence du mutant qu'en presence de la souche sauvage. Ainsi, l'auxine produite par le champignon serait responsable, au moins en partie, de la stimulation de l'activite photosynthetique de la plante. Ce resultat est la premiere mise en evidence d'un effet biologique a distance de l'auxine fongique sur une partie de la plante non colonisee par le champignon. Les resultats obtenus sont discutes par reference a la theorie hormonale de la formation des mycorhizes et par rapport a la theorie de la croissance acide induite par l'auxine chez les vegetaux superieurs.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (184 f.-[4] dépl.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 146-172

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.