Vitamine E et fonctions des macrophages chez la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) : effet sur l'immunité intestinale et systémique

par Patricia Clerton

Thèse de doctorat en Sciences de la nature

Sous la direction de Pierre Deschaux.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail experimental avait pour objectif d'etudier l'effet immunomodulateur de la vitamine e apportee par l'alimentation sur l'immunite intestinale. C'est pourquoi dans un premier temps nous nous sommes attaches a la mise en evidence sur le plan fonctionnel d'une immunite au niveau de la muqueuse intestinale des poissons ; nous avons choisi d'etudier la reponse immune non specifique et plus precisement les fonctions des phagocytes (macrophages) la phagocytose, la reponse de chimioluminescence, la pinocytose. Dans un deuxieme temps, nous avons recherche l'effet de regimes alimentaires depourvus ou supplementes en vitamine e sur l'expression des fonctions phagocytaires au niveau local (muqueuse intestinale) et centrale (pronephros). L'etude in vivo a consiste a alimenter durant 12 semaines trois lots de poissons correspondant a trois regimes de vitamine e : _ un aliment contenant une dose minimale requise en vitamine e (45 mg/kg) _ un aliment contenant une dose dix fois superieure (450 mg/kg) _ un aliment ne contenant pas de vitamine e (0 mg/kg). Cette etude in vivo a ete completee par une etude in vitro. Les trois fonctions phagocytaires precedentes ont ete analysees, avec en plus l'analyse de l'activite du lysozyme serique pour l'etude in vivo. Nos resultats demontrent d'une part l'existence d'activites biologiques telles que la phagocytose, une production basale de rlo et une activite de pinocytose par les cellules phagocytaires de la muqueuse intestinale, lesquelles sont plus faibles que celles obtenues avec un nombre equivalent de macrophages du rein anterieur. Ces activites macrophagiques intestinales sont modulees de facon positive par le tnf- exogene, puissant activateur des macrophages. D'autre part, nous avons montre que la periode de regime en vitamine e de 12 semaines n'a pas d'influence sur la croissance, ni sur l'apparition de signes de deficience ou de survitaminose, mais les parametres immunitaires sont modifies. Nous avons constate une immunostimulation de la phagocytose et de la reponse de cl, mais aucune augmentation de l'activite de pinocytose des leucocytes intestinaux, ni de l'activite du lysozyme serique. Ce travail a demontre l'existence d'une immunite non specifique locale (muqueuse intestinale) laquelle est stimulee par la vitamine e in vivo et in vitro.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 131 p

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Sciences et Techniques). Service Commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.