Générations rédiennes de Fasciola hepatica Linné, 1758 (Trematoda : Fasciolidae) chez Lymnaea truncatula Müller, 1774 (Gastropoda : Lymnaeidae)

par Denis Augot

Thèse de doctorat en Sciences naturelles

Sous la direction de Daniel Rondelaud.

Soutenue en 1998

à Limoges , en partenariat avec Université de Limoges. Faculté des sciences et techniques (autre partenaire) .


  • Résumé

    Des etudes experimentales sur les groupes rediens de deux trematodes, fasciola hepatica and f. Gigantica, ont ete realisees afin de rechercher des parametres qui permettent leur identification et d'etudier leur productivite cercarienne. Huit dimensions corporelles et pharyngiennes ont ete suivies jusqu'au 49#e jour d'experience chez 964 redies vivantes de f. Hepatica provenant de lymnaea truncatula soumises a des infestations monomiracidiennes individuelles. Ces mesures ont ete effectuees chez des mollusques chez lesquels la premiere redie de premiere generation (redie r1a) se developpe normalement au cours de l'infestation (developpement typique), ou bien meurt au cours de la 2#e semaine apres sa sortie du sporocyste (developpement atypique). De tous les parametres etudies, c'est la largeur de la lumiere pharyngienne qui est la plus interessante pour differencier les groupes r1a, r1b, r2a et r2b/r3a. Une analyse factorielle discriminante n'a ete realisee qu'avec les redies a developpement typique en utilisant les huit parametres et deux equations : elle demontre que 95 % des redies typiques sont affectees correctement a leur groupe. Les dimensions relevees pour chaque groupe redien de f. Hepatica presentent des variations lorsque le nombre de miracidiums mis au contact de chaque mollusque augmente ou si les redies sont mesurees apres leur immersion dans un fixateur histologique. Les redies de f. Gigantica montrent aussi des variations dans leurs dimensions pharyngiennes en relation avec le groupe redien etudie. La productivite cercarienne de chaque groupe redien a ete evaluee en relation avec le mode du developpement redien (typique, ou atypique) chez des mollusques infestes chacun par un seul miracidium de f. Hepatica. Si la redie r1a reste en vie au cours du cycle parasitaire, les cercaires sont formees par les lots r1b (28 %) et r2a (63 %) jusqu'au 63#e jour d'experience. Si cette redie meurt, c'est le lot r1b qui produit la plupart des cercaires (69 %). Si on maintient ces redies dans des conditions in vitro, des redies filles se forment dans des redies parentales, agees de 14 a 32 jours lors de leur mise en culture, alors que des cercaires sont produites dans des redies plus agees lors de leur mise en culture. Les cercaires de f. Hepatica sont au nombre de 53 a 57 en moyenne chez les mollusques avec une infestation monomiracidienne individuelle, et correspondent a 16,8 % des morulas intra-rediennes. Le nombre des sensilles peri-orificielles augmente depuis les groupes r1a/r1b jusqu'aux redies r2b/r3a. Cet accroissement numerique se retrouve chez les deux fasciola et la seule difference entre ces deux trematodes concerne le nombre plus important de sensilles dans le groupe r2b/r3a de f. Gigantica. Nos investigations demontrent l'existence de differences dans la morphometrie, la chetotaxie et la productivite cercarienne des quatre groupes rediens observes chez l. Truncatula. Ces criteres permettent l'identification precise des deux premieres generations rediennes de f. Hepatica et de f. Gigantica.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 177 p

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Sciences et Techniques). Service Commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.