Hubert Cailleau, enlumineur de Valenciennes, 1526-1579 : les livres liturgiques enluminés au XVIème siècle, conservés dans les Bibliothèques Municipales du Nord de la France

par Aude Dewavrin-Masurel

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Jacques Thiébaut.

Soutenue en 1998

à Lille 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La Bibliothèque Municipale de Douai, dans le Nord de la France, possède onze manuscrits (graduels et antiphonaires) enluminés par Hubert Cailleau, (1526-1579). Il était laïc, et travaillait dans un atelier de Valenciennes, pour l'abbé Charles Coguin d'Anchin et les abbés Jacques de Groot et Arnould Gantois de Marchiennes. Chaque manuscrit contient une quinzaine de miniatures mesurant en moyenne 8x8 mm. La page où se trouve l'enluminure s'orne d'une bordure illustrée de fleurs, de fruits, etc. . . Pour le style, Cailleau a d'abord été marqué par les oeuvres flamandes de Jean Bellegambe et par le miniaturiste Simon Marmion qui travaillait avant lui à Valenciennes; mais sa manière de peindre va évoluer vers l'art de la Renaissance, sous l'influence des jeunes artistes flamands qui vont étudier à Rome, les Romanistes. Pour l'iconographie, Cailleau ne se laisse pas imprégner par les thèses des protestants qui sont pourtant bien ancrées à Valenciennes, "la seconde Genève" : il représente, par exemple, de nombreux saints, alors que la nouvelle religion prohibait le culte des images; en 1566, les iconoclastes dévastèrent de nombreuses églises et monastères. Quant aux décorations dans les marges, Cailleau adopte le style Ganto-Brugeois mis à l'honneur par Alexandre Bening : des fleurs et des fruits en trompe l'oeil ornent les bordures. Cependant, alors que la plupart des manuscrits de cette époque montrent une décoration marginale qui enjolive simplement la page avec n'importe quelle fleur, Hubert Cailleau s'est toujours ingénié à choisir des fleurs, des fruits et des animaux ayant un rapport avec le thème de la miniature; par exemple, il peint une fleur du paradis, un strelitzia, pour le couronnement de la Vierge au paradis. De même, il représente les symboles de la Vierge pour l'Annonciation (la lune, le soleil, le jardin clos. . . ), et l'arbre de Jessé pour la naissance de Marie

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (580 f.)
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. f. 356-393. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-1998-17-1
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-1998-17-2
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-1998-17-3

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2382
  • Bibliothèque : Ecole normale supérieure. Bibliothèque d'Ulm - Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.