Étude de structures rayonnantes et diffractantes par hybridation de la méthode des éléments finis, en couplage direct ou itératif

par Élodie Richalot

Thèse de doctorat en Électronique

Sous la direction de Henri Baudrand.

Soutenue en 1998

à Toulouse, INPT .


  • Résumé

    Dans ce travail de thèse, des techniques d'hybridation de méthodes de modélisation sont développées, afin de pouvoir caractériser, dans le domaine fréquentiel, des dispositifs électromagnétiques complexes. Ces techniques sont basées sur la méthode des éléments finis pour l'analyse des parties complexes sur les plans géométriques ou des matériaux, et sur des méthodes analytiques ou asymptotiques pour modéliser l'espace libre et les zones régulières. Le raccordement entre les différentes méthodes utilisées se fait, en tenant compte des couplages entre les domaines associés, par des méthodes directes ou itératives. Les méthodes d'hybridation directes ont permis, en alliant la méthode des éléments finis à une décomposition modale des champs, de caractériser entièrement et économiquement les structures étudiées par leur matrice de répartition en terme de modes. Les structures bipériodiques ont ainsi été modélisées en utilisant les modes de Floquet, et une étude des propriétés électromagnétiques des murs des bâtiments a été réalisée. Les structures rayonnantes ont également été étudiées par cette technique, en utilisant cette fois des modes sphériques. L'environnement dans lequel la structure est située a ensuite été pris en compte par des méthodes d'hybridation itératives. Tout d'abord, le rayonnement d'une antenne en espace libre a été étudié par une approche itérative des conditions de rayonnement. La présence d'un réflecteur a ensuite été prise en compte par des méthodes asymptotiques. Le couplage de la structure rayonnante avec son environnement a enfin été étudié, et sa prise en compte dans l'étude du système global s'est faite itérativement.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 256 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. en fin de chapitres

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique et des télécommunications. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 98INPT038H/1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.