Étude de la valeur fertilisante phosphatée des composts

par Ouola Traore

Thèse de doctorat en Sciences agronomiques

Sous la direction de Emmanuel Frossard.

Soutenue en 1998

à Vandoeuvre-les-Nancy, INPL .


  • Résumé

    Les composts renferment des teneurs élevées en matières organiques et en éléments nutritifs, ce qui justifie leur utilisation en agriculture. Ces substrats représentent une source importante de phosphore pour les cultures. Cependant, les formes, l'échangeabilité et la disponibilité du phosphore des composts sont mal connues de même que la dynamique du phosphore dans les sols qui reçoivent ces amendements. Le premier objectif de cette étude visait la caractérisation des formes et de l'échangeabilité du phosphore de quelques composts issus de déchets urbains, de boues d'épuration, d'ordures ménagères et de résidus de restauration. Les extractions chimiques montrent que plus de 50% du P minéral des composts se trouve en grande partie associé aux matières humiques, aux argiles, aux oxydes, ou précipite sous forme de phosphates de calcium. Le P minéral, identifié par la RMN du solide au ³¹P constitue l'essentiel du P des composts et s'avère être pour une large part, un mélange de phosphates monocalciques, dicalciques et d'apatites. La conséquence directe est la forte teneur du P lentement échangeable des composts (plus de 70%) determiné par l'emploi du ³³PO₄ avec la méthode d'échange isotopique. Les résultats montrent que les formes et l'échangeabilité du P sont fortement dépendantes des propriétés du substrat composté ainsi que du temps de compostage. Le second objectif visait la quantification de l'effet d'apport de composts sur la disponibilité du phosphore du sol par les techniques isotopiques. Les résultats expérimentaux montrent que le devenir du P dans un sol amendé en compost est plus dépendante des propriétés intrinsèques du sol (teneur en P rapidement échangeable, pouvoir fixateur, concentration des ions phosphates en solution) qu'a celles du compost. L'emploi d'un engrais phosphate soluble à l'eau reste la meilleure alternative pour accroitre à court terme la disponibilité des ions phosphate d'un sol à fort pouvoir fixateur. Le dernier objectif visait la mesure de la disponibilité du phosphore des composts pour une plante test (trifolium repens) et à évaluer son efficacité par rapport à un engrais soluble dans l'eau, le phosphate monopotassique en marquant au ³³PO₄ le phosphore assimilable du sol. Les résultats expérimentaux montrent que la valeur nutritive du P des composts les coefficients réels d'utilisation du P (CRU) est inferieure à celle des engrais phosphates solubles à l'eau mais demeure bien supérieure à celle de la plupart des engrais phosphates non solubles dans l'eau. Le CRU du P des composts par le trèfle au cours de sa croissance ne dépasse pas 12%. La valeur fertilisante phosphatée des composts peut dans certains cas être améliorée par l'activité enzymatique des racines, la phosphatase.

  • Titre traduit

    Study of the phosphate fertilizing value of composts


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (115 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 110-106

Où se trouve cette thèse ?