Le couloir des lacs : contribution linguistique à l'histoire des populations du Sud-Ouest de la Tanzanie

par Catherine Labroussi

Thèse de doctorat en Afrique. Bantu

Sous la direction de Gérard Philippson.

Soutenue en 1998

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Parmi les langues bantu parlées dans le couloir des Lacs, les suivantes ont été examinées en vue d'une reconstruction linguistique et historique : Nyakyusa, Ndali, Ngonde, Lambya, Safwa, Nyiha, Inamwanga, Fipa du Sud et la variété du Fipa dite ''Sukuma". Une analyse phonologique synchronique de ces langues a été proposée, afin de mettre en lumière la variation phonétique endogène, moteur de changement en cours, ainsi que l'interférence phonologique, témoin des contacts linguistiques présents et passés. Le vocabulaire de base a fait l'objet d'un calcul lexicostatistique, opération dont les hypothèses et les fondements ont été soumis à une évaluation critique. Dans ces opérations, d'autres langues avoisinantes (lungu, bemba, kinga etc. ) ont été aussi prises en considération. Avant la reconstruction, les conditions extra-linguistiques (archéologie, traditions orales, sociolinguistique) ont été abordées, dans le but de reconstituer le contexte dans lequel doit se situer l'évolution linguistique. Dans le contexte précis, une série de principes heuristiques a été proposée comme fil conducteur aboutissant à la reconstruction des principales innovations phonologiques (dont la spirantisation et le dévoisement des occlusives devant voyelle fermée), caractéristiques du bantu oriental, quelquefois suivant des chemins phonétiques alternatifs. Une évaluation des différents chemins reconstruits a indiqué certaines affiliations génétiques comme étant plus plausibles que d'autres. Sur la base du trait du dévoisement, une communauté linguistique ancienne (dont descendraient les Nyakyusa, Ndali, Ngonde, Bemba, Fipa-Sukuma) peuplant la frange occidentale du Couloir des Lacs durant le Premier Âge du Fer a été posée. Durant la même époque, sa partie orientale devrait être occupée par des populations parlant des langues non-dévoisantes et conservatrices. Autour du 11ème-12ème siècle, une nouvelle vague de populations, caractérisée par des langues spirantisantes, non-dévoisantes et très innovatrices (Nyiha, Inamwanga, Lungu/Mambwe, Fipa-sud, etc. ), a couvert partiellement le centre de ce territoire. Le profil phonologique des langues actuelles et l'homogénéité lexicale sont le résultat de huit siècles de convergence sociale et linguistique.

  • Titre traduit

    ˜The œLake corridor : a linguistic contribution to the history of the populations of Southwestern Tanzania


  • Résumé

    Among the Bantu languages spoken in the Lake Corridor region, the following have been examined in view of a linguistic and historical reconstruction : Nyakyusa, Ndali, Ngonde, Lambya, Safwa, Nyiha, Inamwanga, Southern Fipa and a Fipa variety called 'Sukuma'. A synchronic, phonological analysis of these languages has been proposed, in order to elucidate the endogenous phonetic variation, as an engine of change in progress, as well as phonological interference, as a a witness of past and present linguistic contacts. Basic vocabulary has been subjected to lexicostatistic calculation, operation whose hypotheses and foundations have been submitted to a critical evaluation. In these operations, other neighbouring languages (Lungu, Bemba, Kinga etc. ) have been taked into consideration. Before reconstruction, the extra-linguistic conditions (archeology, oral traditions, sociolinguistics) have been treated, so as to reconstruct the context in which linguistic evolution should be situated. In this context, a series of heuristic principles ha been proposed leading to the reconstruction of the amin phonological innovations (of which spirantization, devoicing of stops befor high vowels), characteristic of Oriental Bantu, sometimes following alternative phonetic paths. An evaluation of theses reconstructed alternative paths has shown certain genetic affiliations to be more plausible than others. On the basis of the devoicing feature, an ancient linguistic community (of which the Nyakyusa, Ndali, Ngonde, Bemba, Fipa-Sukuma would descend) occupying the Western border of Lake Corridor during the Early Iron Age, ha been posited. During the same period, its Eastern part must have been occupied by populations speaking non-devoicing, conservative languages. Around the 11th-12th centuries, a new wave of immigrants, characterised by spirantizing, non-devoicing and very innovativelanguages (Nyiha, Inamwanga, Lungu/Mambwe, Southern-Fipa etc;ʿ, has covered partially the center of this territory. The phonological profile of today's languages and the lexical homogeneity are the result of an eight hundred years social and linguistic convergence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (766 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 753-766

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.158
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.158
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.