Estimation de la verticale subjective en tangage : contribution de l'horizon visuel apparent

par Didier Poquin

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Théophile Ohlmann.


  • Résumé

    Le point de vue de l'observateur est un facteur essentiel pour estimer l'inclinaison en tangage d'une surface. Dans ce cadre, l'hypothèse selon laquelle la détermination de la verticale subjective en tangage (VST) passe par l'estimation de l'horizon visuel subjectif (HVS) a donc été posée. Pour évaluer la VST, il a été demandé à des sujets d'ajuster dans la direction gravitaire une baguette lumineuse et rectangulaire et pour estimer l'horizon visuel, de placer juste en face de leurs yeux et dans un plan horizontal un petit trait également lumineux. Une première série de résultats a montré que les mécanismes de détermination de la VST font appel aux indices géométriques en rapport avec la forme de la baguette et a l'estimation du niveau des yeux. Ils rendent compte de l'indépendance observée entre le roulis et le tangage dans les ajustements à la verticale gravitaire et de la déviation systématique de la VST, "sommet de la baguette vers l'observateur". La deuxième partie expérimentale a décrit deux mécanismes impliquant l'HVS dans le jugement de la VST. Le premier dit "d'orthogonalisation centrée" conduit à ajuster la surface perpendiculairement à une ligne reliant le centre de la cible et le niveau perçu des yeux. Cette stratégie est mise en place pour de petits décalages de l'HVS. Le deuxième mécanisme, dit de "surcompensation", s'observe quand l'observateur prend conscience du décalage de son HVS et qu'il compense l'écart de ce point de vue subjectif. La conséquence de son utilisation conduit à ajuster la cible en sens oppose à la stratégie précédente. Le mécanisme de surcompensation intervient pour de grands décalages de l'HVS par rapport à l'horizon gravitaire. La dernière section expérimentale a confirmé, en présence d'un cadre perturbateur, l'existence des mécanismes d'orthogonalisation centrée et de surcompensation dans les ajustements d'une baguette à la verticale en tangage en fonction de l'amplitude du décalage de l'HVS. Cette dernière partie à également montré que l'effet d'attraction d'un cadre incliné, classiquement observé en roulis sur la verticale subjective, est observé en tangage sur la VST et sur l'HVS. En conclusion, le niveau apparent des yeux est considèré par un observateur comme le point de vue à partir duquel il perçoit l'orientation des surfaces en tangage.


  • Résumé

    The factors determining spatial orientation in the median plane have been relatively neglected, although this dimension is the preferential plane of human displacements and the alert reaction in case of danger. Concerning pitch orientation, the observers point of view is an essential factor to estimate the surface slant. In this frame, the hypothesis according to pitch visually perceived vertical (pitch VPV) is assessed from visually perceived eye level (VPEL) has been assumed. It has been asked to an observer, seated in a dark room, to assess the subjective vertical by adjusting to the gravity direction a luminous and rectangular surface (the rod), and in other hand to judge the eye level by setting a luminous target in the horizontal plane getting through his eyes. The first part of results shows that the pitch VPV assessments have its own mechanisms whose the main factors are the geometrical cues relative to the form of the rod and the subjective eye level. Those factors could explain the lack of correlation observed between roll and pitch rod adjustments to the gravity direction and the systematic deviation of the pitch VPV, 'top of the rod toward the observer'. The second part of results describes two processes involving the VPEL to estimate the pitch VPV. The first processes, called 'mechanism of cenfered orthogonalisation', leads to adjust the rod perpendicular to an imaginary line getting through the center of the surface to the subjective eye level. This process occurs when VPEL errors are small. The second mechanism, called 'mechanism of surcompensation', is observed when the subject believes that the rod is put up or down relative to his perceived eye level. The consequence is a erroned compensation from this subjective point of view. This mechanism occurs when VPEL errors are large. The last experimental section confirms, with a visual scene, the existence of mechanisms of centered orthogonalisation or surcompensation to adjust a rod to the gravity direction in the median plane. In conclusion, the subjective eye level is considered as the point of view from which an observer calculates the slant orientation of planar surfaces. In other words, the determination of the pitch orientation of an object initially needs the estimation of the observer's localization in the environment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (394 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. : 363 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/1998/16
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.