Influence de la temperature sur la vasomotricite arteriolaire : du vaisseau isole au phenomene de raynaud

par MURIELLE VARGEL MICHELLAND

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de PATRICIA CARPENTIER.

Soutenue en 1998

à Grenoble 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail a pour but de determiner le role du froid dans la survenue du vasospasme rencontre dans le phenomene de raynaud. Le phenomene de raynaud, acrosyndrome decrit en 1862 par m. Raynaud, s'affirme comme le plus frequent des troubles vasomoteurs des extremites. Le froid est toujours decrit comme un des facteurs declenchant du vasospasme. Dans une premiere partie de ce travail, l'influence de la temperature sur la reactivite noradrenergique vasculaire est observee in vitro, sur des arteres isolees de rat et, in vivo, sur des arterioles cutanees dans la chambre cutanee dorsale du hamster. Puis une seconde partie experimentale chez l'homme permet de mesurer avec un laser doppler imageur l'effet du froid sur la microcirculation cutanee digitale dans 3 populations (temoins sains, phenomene de raynaud primaire et phenomene de raynaud secondaire). Puis l'influence des facteurs climatiques sur la frequence et l'intensite du vasopasme dans la population generale sujette au phenomene de raynaud est evaluee par une etude epidemiologique. Sur le modele des vaisseaux isoles, la temperature de 25c induit une reaction opposee pour les vaisseaux profonds et les vaisseaux cutanes. Ce refroidissement n'a pas d'effet mesurable sur le diametre des arterioles dans la chambre cutanee dorsale du hamster. A l'inverse, sur les deux modeles animaux, le froid potentialise la reponse vasculaire lors d'une stimulation noradrenergique. La mesure du flux realisee a partir des cartographies de flux suit un profil de variation identiques dans les trois groupes de personnes etudies. C'est la valeur basale du flux qui differe entre temoins sains et patients. Il ressort une sensibilite particuliere au froid sur l'echantillon de population etudie. Ces resultats suggerent que le froid seul ne suffit pas a expliquer la survenue du vasospasme chez des patients souffrant d'un phenomene de raynaud. Neanmoins, les resultats sur les modeles animaux montrent l'effet amplificateur, peut etre catalyseur, d'un refroidissement sur la reponse vasculaire a une stimulation noradrenergique. Chez des patients atteint d'un phenomene de raynaud, le froid viendrait s'associer a un etat basal perturbe pour amplifier la reponse vasoconstrictrice.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 135 P.
  • Annexes : 175 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.