Etude magnetique, structurale et dynamique du cytochrome c de rhodobacter capsulatus par resonance magnetique nucleaire

par PASCALE TSAN

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Dominique Marion.

Soutenue en 1998

à Grenoble 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La caracterisation structurale, magnetique et dynamique du cytochrome c de r. Capsulatus est presentee. La forme complexee par co de ce cytochrome c a ete entierement attribuee. Le repliement global et la structure secondaire sont en accord avec ceux de la forme oxydee, obtenus par radiocristallographie. L'ajustement des mesures de deplacements chimiques paramagnetiques n'indique pas de changements structuraux importants du squelette peptidique entre formes redox. La dynamique interne de la proteine a ete caracterisee a partir des vitesses de relaxation des noyaux #1#5n amides. L'etat magnetique du fer a ete caracterise dans les formes redox paramagnetiques. Dans l'etat oxyde, les deplacements chimiques dipolaires et de contact, l'orientation et les composantes du tenseur de susceptibilite magnetique sont en accord avec un etat haut-spin a haute temperature. Les mesures de magnetisme indiquent un etat s = 5/2 a haute comme a basse temperature. L'introduction d'une contribution d'etat s = 3/2 d'apres le modele d'etat de spin quantiquement mixte de maltempo n'indique qu'une contribution faible (10%) de cet etat. Dans l'etat reduit, les mesures de magnetisme et de rpe indiquent un etat s = 2 a haute comme a basse temperature. L'axe principal du tenseur presente un ecart important (30) par rapport aux axes moleculaires de symetrie. Les deplacements de contact des protons de l'heme presentent une symetrie d'ordre 2 dont l'origine, en terme orbitalaire, reste encore a etre comprise. Le tenseur de diffusion rotationnelle determine a partir des mesures de relaxation #1#5n indique un etat monomerique en solution pour la forme diamagnetique. L'etude par centrifugation analytique et la mesure des constantes de couplage dipolaire residuel menee au laboratoire indiquent le meme etat pour les formes oxydee et reduite. Ce resultat, contraire a l'hypothese initiale d'un etat dimerique suggere par plusieurs donnees de la litterature, proviendrait de l'utilisation de souches differentes dans les diverses etudes.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 277 P.
  • Annexes : 134 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.