Fissuration par corrosion sous contrainte de l'alliage 600 dans l'eau à haute température : contribution d'une approche phénoménologique à la compréhension des mécanismes

par Pascale Abadie

Thèse de doctorat en Sciences et Génie des Matériaux

Sous la direction de Thierry Magnin.

Soutenue en 1998

à l'ENSMP .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'objectif de cette étude est de mieux comprendre le mécanisme de fissuration par corrosion sous contrainte de l'alliage 600 dans l'eau à haute température. Elle a consisté plus précisément à déterminer, à partir de données quantitatives phénoménologiques, quel est (ou quels sont) le (ou les) mécanisme(s) susceptible(s) de rendre compte de l’amorçage et de la propagation des fissures. Les principales données quantitatives relatives à l’amorçage des fissures obtenues sont les suivantes : a) un quart des joints de grains susceptibles d'amorcer des fissures sont fissurés ; b) la densité de fissures amorcées augmente avec la teneur en hydrogène du milieu. Ces résultats laissent à penser que l’amorçage n'est pas du uniquement à la dissolution ; l'absorption d’hydrogène semble être impliquée dans le mécanisme d'amorçage. En ce qui concerne la propagation des fissures, une accélération, observée uniquement pour les plus grandes fissures, a été mise en évidence sur un matériau sans couche écrouie à sa surface. Cette accélération peut être expliquée par une valeur critique du facteur d’intensité de contrainte, par le confinement d'une espèce en fond de fissure, par le franchissement d'une barrière microstructurale ou encore par un effet mécanique collectif. Quant à la vitesse de propagation lente, a) elle est une fonction décroissante de la densité z de fissures plus profondes que la fissure considérée ; b) elle est proportionnelle à la vitesse de déformation à la puissance 0,6 quelle que soit la valeur de z ; c) elle est maximale pour une valeur donnée de la teneur en hydrogène du milieu (quelle que soit la valeur de z). Des mécanismes basés sur la formation d'une nouvelle phase (modèles de Shen et Shewmon, de Scott) ainsi que ceux basés sur des interactions corrosion-plasticité (modèle de Magnin) sont en mesure de rendre compte de l'ensemble de ces résultats. De plus, ces mécanismes proposés pour expliquer la propagation semblent pouvoir s'appliquer aussi à l’amorçage.

  • Titre traduit

    Stress corrosion cracking of alloy 600 in high temperature water : contribution of a phenomenological approach to understanding of mechanisms


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (184 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. [167-175], 87 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Mines ParisTech. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : EMP. 147.328 CCL. TH. 926
  • Bibliothèque : Mines ParisTech. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : EMP 147.329 CCL.TH. 927
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.