Du p'ungryu aux jardins. Le jardin coreen a la lumiere du concept du p'ungryu (aboutissement sentimental) : evolution, de l'antiquite a l'epoque de choson et analyse des jardins antiques, des origines au grand silla (viie-xe siecle)

par WOONG SUNG OH

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Augustin Berque.

Soutenue en 1998

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Cette these propose de mettre en lumiere l'identite coreenne, vue a travers le jardin, "fenetre" culturelle. La recherche s'appuie sur la methode de l'hermeneutique des textes anciens et sur celle de l'analyse des jardins coreens, en comparaison avec les jardins chinois et japonais. Le jardin coreen est profondement influence par le conept paysager du p'ungryu, defini comme << aboutissement sentimental >>. Ce concept-ci se croise avec le grand courant de pensees religieuses (bouddhisme, taoisme, confucianisme) pour engendrer un mode specifique d'identification de l'homme a la nature, propre a chaque societe et a chaque epoque. En chine, le concept du fengliu est lie au mouvement intellectuel des lettres, face au depassement du vieux confucianisme qui interdit la liberte sentimentale, voire le desir libere selon la nature humaine. La recherche de la liberte avec la nature a assure la naissance du paysage. La peinture et la litterature du paysage furent inspirees du concept du fengliu. En coree, le concept du p'ungryu apparait au vie siecle, avec les jeunes nobles appeles hwarang, dans le royaume de silla (-57 - 918). A la difference du fengliu chinois, le p'ungryu coreen est soulignepar le taoisme a la quete de l'immortalite, base sur le chamanisme. En outre, le concept du p'ungryu servit d'ideologie nationale de silla qui voulut unifier les trois royaumes (-57 - 668). Au japon, il s'agit du concept du furyu, arrive tadivement vers le viiie siecle, avec la litterature chinoise (kanbungaku), a la cour de nara. En comparaison a la coree, le furyu japonais s'est developpe plus particulierement dans la litterature et dans l'art dramatique (p. Ex. Kyogen, kabuki). Nous pouvons classer les jardins influences par le concept du p'ungryu, de la facon suivante : jardin dit de l'immortalite (sinson chong'won), jardin a meandres artificiels (koksuchi), jardins des lettres confucianistes qu'on appelle le byolso (jardin simple des ermites) et le kukok (jardin a neuf meandres d'une vallee). A la fin de la these, est elabore un concept du jardin de demain concerne par le p'ungryu dans le sens contemporain : c'est le kukmin chong'won ou << jardin pour tous >>.

  • Titre traduit

    From p'ungryu to gardens. The korean garden, in view of the concept of p'ungryu (sentimental success) : evolution form the antiquity to the epoch of choson, analysis of the ancient garden from its origin to the great silla (viie-xe)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1320 p.
  • Notes : THESE NON CORRIGEE
  • Annexes : 317 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.