Recherches de marqueurs biochimiques de la vigne (vitis vinifera l. ) cultivee in situ et in vitro : resultats preliminaires

par MARIE-CLAIRE HELOIR

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de JEAN-CLAUDE FOURNIOUX.

Soutenue en 1998

à Dijon .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Dans le cadre general de l'amelioration des vins par la maitrise des rendements, la production de vitroplants avec un degre de juvenilite determine devrait permettre d'obtenir des clones plus ou moins fertiles. Dans ce but, il faut d'une part, maitriser les procedes de production de ces vitroplants et d'autres part, apprecier leur degre de rajeunissement. Une amelioration de la technique d'obtention de vitroplants adultes sous atmosphere enrichie en co#2 a ete realisee. Les resultats montrent l'existence d'une correlation de croissance entre les aptitudes des meristemes axillaires d'un vitroplant a edifier des vrilles et celles du meristeme terminal qui leur a donne naissance. Une technique de multiplication par bourgeonnement axillaire a egalement ete mise au point. Pour apprecier le degre de rajeunissement des plants de vigne, des analyses de polyamines et de proteines ont ete realisees sur des plants (semis et boutures) cultives en serre, sur des vitroplants avec trois degres de juvenilite differents (juvenile, intermediaire, adulte) ainsi que sur des plants cultives au vignoble issus ou non des trois types de vitroplants. En conditions controlees, les polyamines, notamment la putrescine, distinguent d'une part, l'etat adulte et d'autre part, le degre de maturite des trois types morphogenetiques in vitro. Au vignoble, l'analyse de ces molecules differencie les plants issus d'in vitro notamment les modeles juvenile et intermediaire, des temoins. L'analyse des proteines totales en electrophorese monodimensionnelle n'a pas mis en evidence des proteines specifiques d'un etat morphogenetique. Par contre, l'analyse en electrophorese bidimensionnelle des proteines totales a revele, en conditions controlees, une proteine d'environ 29 kda et de pi 4,9 caracteristique de l'etat adulte et une proteine d'environ 13 kda et de pi 6, dont l'absence chez les plants juveniles peut etre specifique de cet etat.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 111 P.
  • Annexes : 150 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.