Victor Schoelcher, abolitionniste et républicain : approche juridique de l'oeuvre d'un fondateur de la République

par Anne Girollet

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Jean-Jacques Clère.

Soutenue en 1998

à Dijon , en partenariat avec Université de Bourgogne. UFR de droit et science politique (autre partenaire) .


  • Résumé

    Cette analyse, juridique et politique, vise à mettre en évidence la participation déterminante de Victor Schœlcher (1804-1893) au combat pour l'égalité des droits et pour la république en métropole comme aux colonies. Sa lutte pour l'abolition de l'esclavage s'inscrivait dans sa défense humaniste des principes républicains : liberté, égalité, fraternité. Schœlcher fut un fondateur de la République (il s'insurgea par exemple sur les barricades contre le coup d'état de 1851 et lutta contre toutes les formes de servitude et de pouvoir absolu. ) Son œuvre concerne l'esclavage et les colonies (statut juridique de l'esclave, de l'affranchi et des colonies), les droits et libertés de l'homme et du citoyen (dignité humaine, abolition de la peine de mort, système pénitentiaire, droits civils et politiques, droits de la femme et de l'enfant, protection des plus démunis, secours public et instruction publique), les institutions républicaines (notions de souveraineté et de loi, rôle de l'état et des églises, organisation politique, administrative, judiciaire, militaire et locale. ) Cette étude juridique (analytique et non biographique) de ses écrits et de ses actions politiques (propositions de lois, travail dans les commissions des assemblées législatives) a permis de montrer non seulement l'apport décisif de Schœlcher dans le droit français, mais encore ses contradictions. Il lutta pour une république démocratique, sociale et laïque. Il revendiqua, pour les quatre vieilles colonies (Martinique, Guadeloupe, Guyane et la Réunion), l'application du droit commun : c'est le principe de la départementalisation. Cependant, pour les autres colonies (notamment l'Algérie et l'Inde), il ne remit jamais en cause l'indigénat et il refusa la pleine citoyenneté aux renonçants car il estimait que l'assimilation culturelle devait être un préalable nécessaire à l'assimilation juridique. (Doc thèses)


  • Résumé

    The aim of this judicial and political analysis is to reveal Victor Schoelcher's decisive influence in the fight for equal rights and for the republic, in the French mainland as well as in its colonies. His well known fight against slavery was just a part of his humanist defense of the republican principles: liberty, equality, fraternity. Schoelcher truly was a founder of the republic, taking part in the barricade insurrections against the 1851 coup and fighting against any kind of slavery or absolutism. His work addressed many aspects of our society, among which : - slavery and the colonies (legal status of slaves, emancipated slaves and of the colonies) - rights and liberties of men and citizens (he fought for human dignity and the abolition of the death penalty, advocated reform of the penitentiary system, respect for of civil and political rights, as well as rights for women and children, protection of the most deprived, and development of public assistance and education) - republican institutions (he discussed the concepts of sovereignty and law, the function of the state and the church ; and political, administrative, judicial, military and local organization). This judicial study (analytical and not biographical) of his writings and his political acts (proposals of laws, work in the legislative assemblies commissions) not only demonstrates Schoelcher's decisive influence on French law, but it's contradictions as well. He fought for a democratic republic, social and secular. He advocated an application of the common law for the 4 old colonies (Martinique, Guadeloupe, French Guyana and Reunion Island) - this is the departmentalization principle - but not for the other colonies (Algeria and India in particular). In these instances, his assimilationism found its limits: Schoelcher never contested the native status and was opposed to full citizenship for the renoncants as he judged that cultural assimilation had to occur before any legal assimilation.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Karthala à Paris

Victor Schoelcher, abolitionniste et républicain : approche juridique et politique de l'oeuvre d'un fondateur de la République


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (585 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 514-532. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : DIJON TD 7/1-2
  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : GO 32/1-2
  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TD39
  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. UFR de Droit et Sciences Economique et Politique. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T1998 GIR A
  • Bibliothèque : Université de la Réunion (Saint-Denis). Service commun de la documentation. Droit-Lettres-Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Bibliothèques universitaires.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque de recherche juridique.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 34-020-4-GIR
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque de recherche juridique.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 34-020-4-GIR

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1081-1998-16
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Karthala à Paris

Informations

  • Sous le titre : Victor Schoelcher, abolitionniste et républicain : approche juridique et politique de l'oeuvre d'un fondateur de la République
  • Dans la collection : Hommes et sociétés , 0993-4294
  • Détails : 1 vol. (409 p.)
  • Notes : En appendice, choix de textes.
  • ISBN : 978-2-8458-6004-9
  • Annexes : Bibliogr. p. 357-389. Index. Schoelcher entendait faire appliquer le modèle républicain aux colonies. Son action fut décisive dans l'abolition juridique de l'esclavage en 1848 et dans l'organisation du statut légal pour les affranchis. Cependant, il fut assimilationniste tout en étant colonialiste ce qui le conduisit à départementaliser les quatre vieilles colonies. Deux années après la commémoration du cent-cinquantenaire de la IIe République, Victor Schoelcher (1804-1893) est présenté, plus que jamais, comme le symbole de l'abolition de l'esclavage. Or, cette approche réduit non seulement l'abolition à un seul homme - représentant d'une République généreuse - mais encore l'image de Schoelcher, car ses contradictions et surtout, son républicanisme sont passés sous silence. Schoelcher lutta, physiquement et politiquement pour une République démocratique et sociale en ayant sans cesse le souci de l'application concrète, pour tous, des principes républicains : Liberté, Égalité, Fraternité. La République se devait donc non seulement de garantir l'inviolabilité de la vie humaine et le respect de la dignité de l'homme mais encore de donner à chacun les moyens de participer activement à la vie de la société (droit de vote, instruction, secours public, notamment). Ce modèle de République, Schoelcher entendait le faire appliquer également aux colonies. Son action fut décisive dans l'abolition juridique de l'esclavage en 1848 et dans l'organisation du statut légal pour les affranchis. Cependant, il fut assimilationniste sans être universaliste en intégrant la dimension culturelle dans ses revendications : c'est la dialectique de la nationalité et de la citoyenneté qui suscita de nombreux débats pendant toute la période colonisatrice. Schoelcher était colonialiste. Néanmoins, s'il s'insère dans son siècle par son colonialisme, il s'en détache par son assimilationnisme basé sur l'égalité qu'il traduit pour les quatre vieilles colonies par le principe de la départementalisation. (Résumé de l'auteur)
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.