L'Imaginaire paradoxal ou la création absolue dans les oeuvres dernières de Samuel Beckett

par Jean-Paul Gavard-Perret

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jean Burgos.

Soutenue en 1998

à Chambéry .


  • Résumé

    Toute la dernière partie de la création becketienne reste encore méconnue. Mais c'est sans doute là que tout se joue. Les derniers poèmes, les pièces télévisuelles et les textes de prose de la dernière période ne constituent pas des appendices. Ils représentent au contraire l'aboutissement de la problématique de l'oeuvre et permettent d'en comprendre son mouvement général. Ils marquent un effacement de l'image. Images poétiques et images iconiques sont entrainées jusqu'en un point d'effacement pour laisser surgir un cas rare dans l'imaginaire : celui d'un imaginaire sans images. L'imaginaire abandonne ici des domaines traditionnels afin de permettre de pénétrer dans d'autres domaines, dans d'autres langages, jusqu'à un lieu d'écart et de silence. Pour Beckett il faut déchirer le "voile de la langue". Et pour cela il va quitter le récit pour le théâtre et le théâtre pour la télévision, en un travail progressif où l'un des paradoxes est - sinon de vouloir - du moins de ne pouvoir faire autrement que de se passer de mots et de se passer d'images. Cet imaginaire paradoxal - déjà en germe dans les premiers poèmes, dans les romans et les pièces théâtrales - va donc prendre un tournant plus significatif dans les courts textes de la fin, dans les pièces télévisuelles et dans les deux derniers poèmes : Mirlitonnades et Comment c'est. C'est là en effet que surgit cette création paradoxale qui aboutit à une sorte d'absence de matière et qui ne forme qu'une sorte de poème "muet" dans cette étrange musique du silence. Cette mort des mots et des images est donc ce qui domine l'oeuvre en sa dernière période. Dans les oeuvres dernières cet affaissement de la parole et de l'image ne correspond plus alors à la simple fatigue de parler ou de voir comme c'était le cas auparavant. Ce qui domine est alors la volonté - ou le désir - de pouvoir accéder à un vrai silence, à la volonté - ou le désir - de ne rien voir mais pour voir mieux, de ne rien dire mais pour dire mieux.

  • Titre traduit

    The paradoxal imagery or the absolute creation in Samuel Beckett's last works


  • Résumé

    In the Beckett's last works, pictures (in TV works) and texts (in short novels and poems) are not as important as the rythm which is achieved by what is eliminated between two words of two pictures. There is not cheap illusion in these last works. Beckett films and fictions achieved emotionnal response by many systems of extinguishings (voice, words, music, an so and so on). He uses only the essential details with the help of imagery. What Beckett creates is not what usually we use to see or read. So the world he shows is an unknown and original one near chaos. We can investigate these last works not in term of other existing genres of styles but as an unique art firm in themselves replete with their own inherent and paradoxal dynamics, "ambiance", invention, sequence, time, fragmentation to express such a blanck world

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2001 par Lettres modernes Minard à Caen, Paris

L'imaginaire paradoxal ou La création absolue dans les oeuvres dernières de Samuel Beckett


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (445 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr., 292 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Sections Droit et Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc. Bibliothèque du Laboratoire Langages, Littératures, Sociétés, Etudes transfrontalières et internationales (LLSETI).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 800-TH GAVARD-PERRET
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2001 par Lettres modernes Minard à Caen, Paris

Informations

  • Sous le titre : L'imaginaire paradoxal ou La création absolue dans les oeuvres dernières de Samuel Beckett
  • Dans la collection : Bibliothèque Circé , 3
  • Détails : 1 vol. (256 p.)
  • ISBN : 2-256-91021-0
  • Annexes : Bibliogr. p. 241-251. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.