Politique et creation litteraire dans des romans africains d'expression francaise post-independance

par MARIE FRANCOISE CHITOUZ

Thèse de doctorat en Études africaines

Sous la direction de Bernard Mouralis.

Soutenue en 1998

à CERGY .


  • Résumé

    A partir d'oeuvres s'inscrivant dans une periode qui va de 1968 a 1988 et dont les auteurs sont camerounais, congolais, guineens, maliens senegalais et zairois, est cernee une question essentielle pour toute recherche sur la litterature en general, et plus precisement sur la litterature africaine contemporaine: celle des rapports entre la realite et la fiction : le reel africain (politique ici) est la, mais il est transpose, "transfigure" meme parfois par l'ecriture et le travail de l'ecrivain. Aussi, les trois parties de la these s'organisent-elles autour de l'etude de divers procedes d'ecriture : l'espace (et les itineraires parcourus) , les personnages (presidents, intellectuels et autres antiheros) et le temps des recits, au centre de la premiere partie, apparaissent comme redimensionnes par le travail de l'imaginaire et intimement lies a la diegese et au theme central de contestation des independances truquees. Ainsi, apparait deja un outil d'interpretation essentiel : celui d'ecart : le mode de representation de l'histoire est en desaccord total avec les mecanismes de la representation realiste. La deuxieme partie porte sur des discours "etrangers" au texte romanesque et inseres dans la fiction (elements de documentation, articles de presse) : ils permettent, avec les differentes manifestations de l'intertextualite, de brouiller les "effets de reel", d'estomper les frontieres entre les genres litteraires, entre oralite et ecriture; de plus, le deplacement de certains mythes, la transgression de renonciation traditionnelle, la presence d'autres formes d'expression - peinture (le grotesque), musique, theatre - et les derives fantastiques et carnavalesques renforcent le pouvoir de la fable. La subversion et la distorsion sont des notions fondamentales pour la troisieme partie, qui s'interesse plus particulierement au travail de l'ecrivain (systeme de metaphorisation, proverbes, motifs baroques et burlesques, etc. ) se met en place une esthetique nouvelle investissant la langue de references inhabituelles empruntees le plus souvent a la culture africaine. Existe egalement une ambivalence des mots, concept le plus a meme peut-etre de rendre compte de la signification d'ensemble de ces romans. Au terme de cette etude, se degagent les sens pluriels qui naissent de cette jonction en texte du reel et de l'imaginaire et de cette ecriture du metissage et de la rup


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 531 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 305 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Cergy-Pontoise. Bibliothèque universitaire. Site des Chênes.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.