Les malades chroniques acteurs de la gestion de leur affection : le cas des insuffisants rénaux dialysés

par Florence Douguet

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Cyrille Megdiche.

Soutenue en 1998

à Brest .


  • Résumé

    Les maladies chroniques dominent le "paysage pathologique" des pays industrialisés. Cette prépondérance interpelle les pouvoirs publics, qui s'interrogent sur leur mode de prise en charge et leur coût élevé pour la collectivité. Délaissée par les sciences sociales, cette nouvelle situation mérite pourtant un éclairage sociologique. De ce point de vue, le plus intéressant demeure que de telles maladies donnent naissance à des patients autonomes, qui se révèlent capables de produire des savoirs et des savoir-faire médicaux. Par là même, ces malades "autosoignants" tendent à ébranler la relation thérapeutique classique et à remettre en question la frontière séparant le monde des "professionnels" de la maladie de celui des "profanes". La thèse appréhende cette transformation à partir de l'insuffisance rénale terminale. Les insuffisants rénaux chroniques échappent à l'évolution mortelle grâce à la greffe ou à la dialyse. Cette dernière technique thérapeutique est ici étudiée dans les deux modalités de prise en charge existant en France. Dans la première modalité "dialyse en centre", les patients sont traités de façon classique à l'hôpital, dans un service spécialisé ; dans la seconde, "dialyse hors centre", le traitement se déroule hors de l'hôpital, à domicile ou en unité d'autodialyse (dans une structure associative). Le cadre théorique retenu pour cette recherche est issu de la sociologie américaine interactionniste. Par corollaire, des techniques qualitatives ont été utilisées : observations directes et entretiens ont été menés in situ, sur les lieux mêmes de réalisation de la thérapie. Au-delà des différences existant entre les deux modalités de dialyse, l'analyse conduit à montrer le malade comme un personnage capable d'orienter ou de participer aux soins nécessaires à la gestion de sa maladie. Ce dernier est un "travailleur médical" inédit, qui ne manque pas de bouleverser une relation soigné-soignant devenue moins paternaliste, plus égalitaire. Dans ce contexte, la médecine ne détient plus le monopole de la maladie : elle n'est plus la seule à savoir l'interpréter, la soigner. Désormais, le monde médical et paramédical se voit obligé de travailler en collaboration, voire même en concurrence, avec un malade producteur -et non simple consommateur- de soins, qui s'affranchit progressivement de son autorité.

  • Titre traduit

    Chronic illness persons as medical workers : the case of renal dialysis patients


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par l'Harmattan à Montréal, Paris

De la passivité à la gestion active du traitement de sa maladie : le cas des malades rénaux chroniques


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (394 p. )
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.383-394

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TBRX98/7
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par l'Harmattan à Montréal, Paris

Informations

  • Sous le titre : De la passivité à la gestion active du traitement de sa maladie : le cas des malades rénaux chroniques
  • Dans la collection : ˜Le œtravail du social
  • Détails : 1 vol. (252 p.)
  • ISBN : 2-7384-9080-8
  • Annexes : Bibliogr. p. 241-250. Notes bibliogr. Glossaire
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?