L'implantation des entreprises étrangères au Maroc, 1900-1980

par Mohamed Motea

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Jean-Charles Asselain.

Soutenue en 1998

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    L'implantation des entreprises etrangeres au maroc est le produit d'un long processus d'integration de l'economie marocaine dans le marche mondial. Elle a ete concue comme instrument indispensable a la mise en valeur de l'economie marocaine et a la modernisation du pays. Ainsi, de nombreuses entreprises etrangeres ont ete installees au maroc : le rythme de leur implantation, lent et limite avant la deuxieme guerre mondiale, s'est accelere durant les annees qui ont suivi la fin de la guerre grace a des conjonctures favorables, ce qui a entraine le boum de l'economie coloniale. Apres l'independance, le maroc projette une politique economique visant a accorder une place de premier plan aux capitaux marocains et a attenuer les effets de la domination du capital etranger. Certaines activites ont ete nationalisees et, en matiere d'investissement, un ensemble de mesures ont ete prises en faveur des investisseurs marocains, sans pour autant rebuter les investisseurs etrangers. Les resultats de cette politiques sont limites car, bien que la participation du capital etranger dans la creation des entreprises flechisse et celle du capital marocain progresse, les interets des grands groupes etrangers, notamment francais, tiennent encore une position non negligeable dans l'economie marocaine grace a la maitrise de la technologie et a une gestion efficace des entreprises. Toutefois, cette politique ne peut etre sous-estimee puisqu'elle a contribue a la formation d'une veritable bourgeoisie d'affaires marocaine et a la realisation de nombreux investissements mixtes, reunissant des capitaux marocains et etrangers.

  • Titre traduit

    The implantation of the foreign eterprises in morocco (1900-1980)


  • Résumé

    The implantation of the foreign enterprises, in morocco, is the product of the far way moroccan economic integration in the market of the world. It has been seen as the fundamentel instrument for economic developpment and modernisation. By this strategy, a lot of enterprises came to morocco during the protectotrat period, especially from france. The rhythm of their implatation was slow and limited before the end of the second world war ; however, after the war it became faster because the conditions have been favorable : it was the glorieus period of the colonial economy. Since the polical independence of morocco in 1956, the weight of the foreign enterprises in the moroccan economy has changed. A lot of measures have been adopted by the moroccan governments inorder to help moroccan investors, without really disturbing foreign ones. The results of this policy are limited, even though the participation of the moroccan capital is increasing and the foreign capital is decreasing. Some foreign great groups are still keeping an important position in the moroccan economy : the control of the technology belongs to them, since they have a knowledge of the management. Yet, this policy must not be under-estimated because it has contributed to the formation of the upper moroccan class. Thus, many investments are realized, gathering moroccan and foreign capitals.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (318 f.) . ill
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.