Etude du mutualisme entre un champignon phytopathogène Botrytis Cinerea et un ravageur de la vigne Lobesia Botrana : recherche de nouvelles méthodes de lutte

par Nathalie Mondy

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et médicales. Œnologie et ampélologie

Sous la direction de Jacques Stockel.

Soutenue en 1998

à Bordeaux 2 .


  • Résumé

    Au vignoble, la présence de la tordeuse de la grappe Lobesia botrana est souvent associée à l’agent de la pourriture grise Botrytis cinerea. Les chenilles favorisent l’installation et le développement du champignon. L’insecte tire-t-il un bénéfice de son union avec le champignon ? Pour répondre à cette question, des expérimentations ont été menées en parallèle au laboratoire, en serre et au vignoble. L’étude du comportement des insectes en présence du champignon montre, d’une part, que les femelles pondent préférentiellement près des baies infectées par le champignon et, d’autre part, que les larves de 1er stade sont attirées par B. Cinerea. L’ingestion du mycélium par les larves induit une diminution de la durée du développement larvaire et une augmentation de la survie des insectes et de la fécondité des femelles. De plus, les quantités d’ecdystéroïdes produites au cours du stade nymphal sont plus élevées que celles des chrysalides témoins. Cet effet du champignon sur l’insecte a été démontré in vitro et in vivo sur plusieurs cépages. Enfin, l’ingestion de B. Cinerea par les larves de 3ème génération induit, après une période de diapause hivernale, une émergence des papillons plus synchrone et une fécondité des femelles augmentée. Il existe une véritable relation mutualiste entre cet insecte et ce champignon qui peut avoir des répercussions sur la dynamique des populations d’insectes au vignoble, mais aussi sur leurs structures génétiques. Les 4-desméthyle stérols du champignon sont l’une des bases chimiques de cette relation mutualiste. En particulier, l’ingestion de produits ayant une double insaturation sur le cycle B (D5-6 et D7-8) et/ou présentant une double liaison en C22-C23 par les larves induit des effets bénéfiques sur leur développement. En parallèle à cette étude sur les relations insecte-champignon, le potentiel insecticide d’extraits naturels de S. Tinctoria, une plante qui a la particularité de contenir d’importantes quantités de phytoecdystéroïdes, a été testé sur l’insecte. D’importantes perturbations de la biologie de l’insecte ont été observées, en particulier au niveau de la mortalité et de la sex-ratio.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (167 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 151-167

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FTB 616
  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque des Sciences du Vivant et de la Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : CMTB 1998-616
  • Bibliothèque : Université de Bordeaux (Villenave d'Ornon). Direction de la documentation. Bibliothèque de l'Institut des sciences de la vigne et du vin.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TH MON
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.