Hayek : un théoricien de l'anti-cycle

par Jean-Gabriel Bliek

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Pierre Centi.

Soutenue en 1998

à Aix-Marseille 3 .


  • Résumé

    Hayek est considere a tort comme le theoricien qui a le plus developpe la theorie autrichienne du cycle. Sa theorie n'est pas en definitive une theorie du cycle mais bien une theorie de l'anti-cycle. Dans le domaine de l'analyse cyclique, la reflexion d'hayek s'eloigne du courant autrichien traditionnel. Son inspiration est plus macro economique que marquee par l'individualisme methodologique. Son analyse du cycle s'oppose a celle de mises. Sur la cause du demarrage du cycle, autant mises insiste sur la nature exogene de la perturbation monetaire autant hayek ne concoit qu'une perturbation monetaire endogene. Hayek attribue le point de retournement a l'effet ricardo que mises classe parmi les articles courant de la theorie economique populaire. Hayek remet en cause des la fin des annees trente les elements de son analyse du cycle. Par la suite, ses analyses sur la concurrence, la politique monetaire et les politiques keynesiennes dessinent une theorie de l'anti-cycle en opposition avec sa theorie du cycle. Il conteste les agregations sur lesquels reposent les politiques macro-economiques comme fallacieuses. Seul le systeme des prix permet un calcul economique fonde; c'est le vehicule a moindre frais de l'information necessaire aux entrepreneurs. La politique monetaire en perturbant le systeme des prix est source de desequilibre. En proposant une concurrence des monnaies, il supprime les eventuelles perturbations monetaires exogenes et endogenes. L'entrepreneur est source lui aussi de stabilite. Sa recherche de profit conduit l'economie vers une situation d'equilibre. Tous les elements conceptuels contredisent la conception initiale du cycle qu'hayek avait mis en avant et proposent une theorie de l'anti- - cycle.

  • Titre traduit

    Hayek : an anti-cycle theorist


  • Résumé

    Hayek is seen as an austrian theorist who has put forward the business cycle theory. Finally, his theory is not a business cycle theory but an anti-cycle theory. In the field of business cycle theory, hayek desagrees with traditionnal austrian thinkers such as mises. His theory is macroeconomics-oriented. He believes that the boom is fed with monetary endogenous disturbances. Mises on the contrary thinks that central banks are guilty in creating business cycles: the orign of the boom is not endogenous but exogenous. The upper turning point of the cycle for hayek is due to the ricardo effect. Mises believes that the ricardo effect is not relevant in economics. At the end of the thirties, hayek seems not to believe any more in his own business cycle theory. On competition, monetary policy and fiscal policy, hayek develops an anti-cycle theory. He has no confidence in aggregates and does not thinks we can rely on them to determine a fiscal policy. To eliminate monetary disturbances, hayek is in favor of competiting currencies. The effect of such competiting among private currencies is the elimination of endogenous and exogenous monetary disturbances. The entrepreneur brings about the same element of stability in the economic system. These elements are completly different from his business cycle theory and belong to his anti-cycle theory.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (334 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 441 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 1856/A-B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.