Mécanismes et bilans de l'érosion dans un bassin versant méditerranéen aménagé : le cas de la Durance (S. -E. France)

par Claire Alary

Thèse de doctorat en Géosciences de l'environnement

Sous la direction de Claude Parron.

Soutenue en 1998

à Aix-Marseille 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La durance est la seule grande riviere des alpes mediterraneennes et la premiere grande riviere torrentielle de france. Son bassin est depuis les annees 60 entierement amenage pour les besoins hydroelectriques entrainant de profondes modifications du systeme naturel. Cette etude a aborde la dynamique erosive du bassin versant de la durance, dans son ensemble et en tenant compte de son anthropisation. On a mis en evidence l'importance, des taux d'erosion chimique (121 t/km#2/an) et mecanique (364 t/km#2/an), tres superieurs aux taux moyens mondiaux. L'etude hydrochimique et de la charge particulaire a permis la discrimination de deux provinces geographiquement distinctes et a montre le controle, de la chimie des eaux et de la nature des sediments par les lithologies locales. En moyenne durance, le materiel piege dans les retenues a comme origine une source predominante : les terres noires jurassiques, substrat tres repandu dans le bassin. Les zones de terres noires denudees, les plus sensibles a l'erosion, s'averent cependant peu etendues (7% de la surface de la formation). A partir d'un modele migration-erosion fonde sur les analyses de #1#3#7cs, on a pu estimer sur ces zones des taux d'erosion tres importants compris entre 0,8 cm et 1,3 cm/an. En dressant les inventaires de la pollution massive et instantanee qu'ont constitue les retombees atmospheriques de #1#3#7cs liees a l'accident de tchernobyl, on a montre que ce sont les apports indirects, par le ruissellement et les particules erodees du bassin versant, qui sont les principaux responsables d'une contamination des sediments pieges dans les retenues artificielles. Les taux d'accumulation sedimentaire dans celles-ci, estimes a partir du #1#3#7cs et du #2#1#0pb sont incomparablement plus eleves que ceux enregistres de nos jours dans les lacs et reservoirs naturels.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 276 p
  • Annexes : Bibliogr.: p. 257-265

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Saint-Jérôme). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 2556/A-B
  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Saint-Jérôme). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.