Les relations inter-firmes dans l'industrie de la construction : vers l'émergence de réseaux, une étude comparative France - Royaume Uni

par Martine Benhaim

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Bernard Guilhon.

Soutenue en 1998

à Aix Marseille 2 .


  • Résumé

    L'analyse de l'existant en matière de partenariat dans le domaine de la construction en France et au Royaume Uni a été menée grâce aux concepts tires des trois principaux corpus théorisant l'émergence et la mise en oeuvre de réseaux/coopérations d'entreprises : la sociologie des organisations, l'économie industrielle et le management stratégique. L'un des objectifs de cette recherche a été de montrer que les conditions d'émergence de réseaux dans la construction sont liées à l'état présent de cette industrie, résultat de stratégies individuelles menées depuis environ 25 ans par les grandes entreprises générales. En effet, la fragmentation constatée dans cette industrie - largement induite par la position dominante des entreprises générales, leurs options en matière de sous-traitance, et l'état du marché depuis le milieu des années 70 - a contribué à créer les conditions pour qu'un véritable cercle vicieux s'instaure dans le système constitué par les acteurs participant aux projets de construction. Ce cercle vicieux modifie la nature des relations inter-firmes et dégrade les conditions de production, faisant apparaître de multiples dysfonctionnements durant le processus de production et des problèmes de qualité au cours du cycle de vie du bâti ou de l'ouvrage réalisé. Une présentation historique de l'industrie de la construction en France et au Royaume Uni a révélé des similitudes dans l'évolution des deux industries nationales, avec cependant des variantes en ce qui concerne le rôle des acteurs et leur influence sur le processus de production. La dernière forme organisationnelle observable dans l'industrie de la construction - le partenariat de production, tendant vers une forme plus ou moins stable de réseau - adoptée par un très petit nombre de firmes françaises dans les années 1980 et par des entreprises générales pionnières au Royaume Uni depuis 1994, semble apporter d'autres éléments de réponse, autour d'un mode de relations différent entre les acteurs du processus de construction. Pour conclure, les trois approches théoriques sollicitées pour décrire l'émergence de réseaux ont été testées pour tenter de déterminer celle qui peut fournir un cadre interprétatif satisfaisant pour la situation relevée dans le domaine de la construction


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (405 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 210 références

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Ferry). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences économiques et de gestion.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Th.605
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.