Controle visuel de la locomotion chez le parkinsonien

par Jean-Philippe Azulay

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Jean Massion.

Soutenue en 1998

à Aix-Marseille 2 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les travaux presentes dans cette these constituent une etude psychophysiologique du role de la vision dans le controle de la locomotion chez le patient atteint de maladie de parkinson, et chez le sujet age sain age. Nous avons particulierement centre notre approche sur les consequences de la modulation du flux visuel au cours de la locomotion, et cherche des relations entre les strategies sensori-motrices mises en jeu et la typologie perceptive des sujets. Le travail experimental comprend quatre parties. Dans notre premiere experience, nous avons quantifie et compare les parametres de la marche des patients a celle des temoins, au moyen d'une methode d'analyse cinematique du mouvement, puis, nous avons evalue l'effet d'un renforcement du flux visuel par la disposition sur la surface de marche de bandes transversales. Nous avons pu ainsi mettre en evidence une augmentation significative de la vitesse de marche et de la longueur de l'enjambee chez les patients, alors qu'aucune modification significative n'etait notee chez les temoins ages. Dans la deuxieme experience, le role de la vision de mouvement a ete evalue en etudiant la locomotion en conditions de lumiere stroboscopique a 3 hz. Cela a permis de demontrer que l'effet des bandes etait lie a la perception de leur deplacement induite par la marche, et que seuls les sujets parkinsoniens utilisaient, en l'absence de perturbations exterieures, les indices visuels dynamiques pour controler leur parametres locomoteurs. Dans la troisieme partie, nous rapportons les resultats des analyses de la dependance a l'egard du champ visuel au moyen de l'evaluation de la verticale subjective dans un cadre perturbe, en conditions statiques (cadre incline) et dynamiques (disque tournant). Nous avons ainsi montre qu'il existait dans les deux conditions, une dependance a l'egard du champ visuel superieure chez les parkinsoniens a celle des sujets temoins, mais nous n'avons pas pu etablir de liens entre cette dependance a l'egard du champ visuel et l'utilisation des entrees visuelles lors de la locomotion. La derniere partie de nos resultats concerne les strategies sensori-motrices mises en jeu dans cette affection pour controler l'equilibre dynamique. La derniere partie de nos resultats concerne les strategies sensori-motrices mises en jeu dans cette affection pour controler l'equilibre dynamique. Nous avons ainsi pu montrer que les patients parkinsoniens ne presentaient pas une instabilite laterale accrue par rapport aux temoins, mais qu'ils utilisaient pour cela une strategie qui rigidifiait l'ensemble tete-tronc dans le plan frontal, alors que les sujets ages normaux n'adoptaient pas de stabilisation preferentielle de la tete dans l'espace ou sur les epaules. L'idee principale de ce travail est que le sujet parkinsonien utilise de facon preponderante les indices visuels dynamiques dans le controle posturo-locomoteur. Cette sur-utilisation peut avoir deux cibles principales parmi les differentes composantes de la marche : soit contribuer au controle des desequilibres lateraux, soit contribuer au controle de la composante propulsive de la locomotion, le recours a la fonction proprioceptive du flux visuel visant alors a compenser le deficit d'integration des informations kinesthesiques mis en evidence dans cette maladie.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 159 P.
  • Annexes : 241 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Aix-Marseille (Marseille. Luminy). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.