Contrôle génétique de la résistance à Salmonella enteritidis chez le poulet : recherche de marqueurs génétiques du gène NRAMP1 et mesure de l'effet de ce gène sur l'infection systémique

par Odile Girard-Santosuosso

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Frédéric Lantier.

Soutenue en 1997

à Tours .


  • Résumé

    Le travail présenté dans cette thèse porte sur l'étude du contrôle génétique de la résistance à S. Enteritidis chez le poulet. L'intervention dans cette espèce d'un équivalent du gène Ity/ NRAMP1, qui chez la souris contrôle la résistance précoce à l'infection systémique par Salmonella, a été étudiée par une démarche de cartographie et de pathologie comparée. La conservation du groupe de liaison du gène Murin NRAMP1, mise en évidence chez les mammifères, a été testée chez le poulet. Une recherche de polymorphismes génétiques pour des marqueurs potentiels du gène NRAMP1 entre des lignées de poulets disponibles à l'INRA et à l'IAH (Compton, GB), et caractérisées comme résistantes ou sensibles à S. Enteritidis, a été entreprise à l'aide des techniques Southern et d'amplification génique (PCR). La cartographie, grâce à la carte génétique anglaise, des marqueurs polymorphes COL3A1, FN1, VIL1 au sein du groupe de liaison du gène NRAMP1 localisé sur le chromosome 7, a démontré la conservation de ce groupe de liaison chez le poulet. La cartographie du gène PAX3 sur un groupe génétiquement indépendant (C10) a démontré que cette conservation n'est pas totale. La localisation génétique du gène VIL1 à proximité du gène NRAMP1 a fourni un marqueur polymorphe génétique permettant de mesurer l'effet du gène NRAMP1 sur l'infection salmonellique. Un modèle d'infection expérimentale basé sur l'inoculation de 10#6 S. Enteritidis par voie intraveineuse à des poulets de 13 semaines a été mis en place afin de tester si un équivalent aviaire du gène murin NRAMP1 contrôlé, comme chez la souris, la multiplication bactérienne des Salmonella au niveau du foie et de la rate lors de la phase précoce de l'infection systémique. La détermination de la cinétique d'infection chez 4 lignées de poulets Y11, L2, B13 et PA12 a montré une contamination rapide du foie, de la rate et des organes génitaux et, plus tardivement des caeca. Elle a mis également en évidence une variabilité des niveaux d'infection bactérienne dans le foie entre les 4 lignées de poulet au jour 3 après l'inoculation, permettant de classer les lignées testées en sensibles (Y11 et l2) et résistantes (B13 et PA12). En outre, une variabilité intra-lignée des niveaux de colonisation a pu être mesurée dans les différents organes de la lignée pondeuse l2. L'estimation de l'héritabilité du caractère de résistance/sensibilité dans certains organes internes des animaux l2 (0,10 a 0,2) a montré que cette variabilité est génétiquement contrôlée. En outre, pour chaque famille informative (10 pères pour 117 descendants), dans laquelle il est possible de suivre la coségrégation du marqueur VIL1 avec la sensibilité aux salmonelles, ce marqueur a un effet hautement significatif sur la variabilité de la colonisation bactérienne dans la rate et le foie. Ce résultat suggère que la région porteuse du gène NRAMP1 soit impliquée dans le contrôle de la résistance à l'infection par S. Enteritidis chez le poulet.

  • Titre traduit

    Genetic control of resistance to Salmonella Enteritidis in chicken : research of genetic markers of NRAMP1 gene and measure of effect this gene on systemic infection


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 194 p.
  • Annexes : 410 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Sciences-Pharmacie.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.