Régulation de l'expression des gènes du complexe majeur d'histocompatibilité de classe I dans les cellules trophoblastiques humaines de fin de gestation

par Anne-Marie Rodriguez

Thèse de doctorat en Immunologie

Sous la direction de Philippe Le Bouteiller.

Soutenue en 1997

à Toulouse 3 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'objectif de notre travail a consiste en l'analyse de l'expression et de la regulation de l'expression des genes du complexe majeur d'histocompatibilite (cmh) de classe i dans les cellules trophoblastiques humaines de fin de gestation. Les molecules de cmh de classe i jouent un role essentiel dans la defense antivirale et antitumorale par leur fonction de presentation de peptides antigeniques aux lymphocytes t cytotoxiques cd8+. La grossesse constitue un paradoxe immunologique car le ftus, considere comme une allogreffe, n'est pas rejete par le systeme immunitaire maternel. Le trophoblaste, situe a l'interface fto-maternelle, semble contribuer de facon preponderante a cette tolerance. A l'etat constitutif, les cellules trophoblastiques humaines n'expriment pas de molecules du cmh de classe i classiques en surface. A partir de cellules trophoblastiques a partir de placenta a terme, nous avons etudie l'expression transcriptionnelle et proteique des divers genes du cmh de classe i. Ces genes sont transcrits et traduits de facon constitutive. Cependant, les produits proteiques sont sequestres dans le reticulum endoplasmique. Apres un traitement a l'ifng, les cellules trophoblastiques reexpriment en surface les molecules du cmh de classe i classiques. Cette reexpression va de pair avec une apparition de proteines transporteurs de peptides tap1/tap2. Ce travail a mis en evidence que l'absence d'expression des molecules du cmh de classe i a la surface des cellules trophoblastiques de fin de gestation est due a un defaut au niveau de la presentation antigenique. La derniere partie de notre travail a porte sur l'influence d'une infection virale sur l'expression des genes du cmh de classe i dans ces cellules trophoblastiques. Notre choix s'est porte sur le cytomegalovirus, a l'origine de complications frequentes au cours de la grossesse. Nous avons montre d'une part que le cytomegalovirus induisait l'apparition de molecules du cmh de classe i classiques, via une reexpression des transporteurs de peptides. D'autre part, ces cellules trophoblastiques expriment des molecules de classe i lysables par des lymphocytes t cytotoxiques cd8+ hla-restreints

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : [2]-107-[65] f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1997TOU30016
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.