Un mot pour l'absence : une lecture de la mort dans la litterature de jeunesse contemporaine

par Marie-Hélène Porcar

Thèse de doctorat en Lettres modernes

Sous la direction de Pierre Glaudes.

Soutenue en 1997

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    De nombreux albums et romans de la litterature de jeunesse contemporaine se fondent sur la mort : la disparition d'un etre aime, personnage humain ou animal, inaugure une fiction marquee par le manque. L'enfant-lecteur y reagit fortement, mobilisant son activite fantasmatique sur ce signe de l'absence qui fait echo a ses propres deuils. Car la lecture de la mort ravive des pertes deja eprouvees: c'est que la mort, comme signe vide qu'aucune reference precise ne meuble, offre sa vacance a la construction d'un sens que chaque recit constitue et sur lequel chaque lecteur accroche ses propres references. Le langage, le recit aussi, s'elabore sur un vide premier, installe alors au coeur de la creation : la mort entretient un lien etroit avec la litterature, fut-elle pour enfants. Le traitement de la mort dans le livre destine aux jeunes lecteurs revele une grande inventivite dans la manipulation de signes simples mis pour l'absence. L'etude d'une serie d'albums emblematiques d'un processus permet de mettre au jour le lien entre l'ecriture et la psyche. La mort s'installe chez le lecteur au lieu de sa blessure et elle y tisse des connivences reparatrices qui comblent l'espace que la perte a ouvert. Aussi sa lecture, comme le jeu, a-t-elle a voir avec le bonheur, elle offre un support au travail d'elaboration de chacun. En disant autre chose que ce qu'elle montre, la mort invite a une creation artistique et convie aussi la creativite du lecteur.

  • Titre traduit

    A word for the absence : reading about death in contemporary children literature


  • Résumé

    Many albums and novels of contemporary children literature arc based on death : the disappearance of a beloved being, animal or human, initiates a fiction branded by a gap. The children-readers strongly react to it, summonning up all fantasy activities upon this sign of absence echoing their own mournings. For reading about death revives old losses : death, as a sign empty of any precise erference, offers its emptiness to the construction of a mcaning that every narrative makes up, and on which every reader can hang their own references. The language, as well as the narrative, builds itself on a primal emptiness, installed at the heart of creation : dcath has a close link with literature, children literature aswell. The way dealt with in books for young children shows a great inventiveness in manipulating simple devices signifying absence. The study of a sample of albums emblematic of a certain process can show a link between writing and psyche. Death takes a hold on the readers in the place of their wounds and weaves a soothing connivance filling the gap opened by a loss. Therefore reading about it, like playing, has to do with happiness: it gives a basis on which everyone can work at their own building. By saying something different from what it shows, death induces artistic creation and urges the reader to create too.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (407 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 101 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque Universitaire de Chaumont.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.