Les employés de bureau et le syndicalisme : héritage culturel, identités socio-professionnelles et pratiques d'action collective

par Yannick Le Quentrec

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Yvette Lucas.

Soutenue en 1996

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Notre recherche a pour objectif d'étudier les ressorts de l'engagement syndical chez les employés de bureau en rapport avec leur héritage culturel et leur trajectoire biographique d'une part, et, d'autre part, avec les traits identitaires qui les caractérisent au plan professionel et les différents types de pratiques des organisations syndicales en présence. Des données de terrain ont été recueillies à partir d'entretiens réalisés sur la base d'une grille de questions ouvertes auprès de quarante-six employés de bureau répartis à Cahors : la Banque populaire du Quercy et de l'Agenais et le Centre départemental des impôts, et à Toulouse, la Caisse primaire d'assurance maladie. L'engagement syndical des employés relève d'un processus de réappropriation des traditions politiques et syndicales famiales. Mais il est en même temps assez remanié par les effets conjugués et contradictoires des expériences initiales puis des expériences professionnelles. Les motivations qui guident les comportements syndicaux des employés de bureau se signalent par leur caractère évolutif et leur enchevêtrement complexe, bien que certaines spécifient davantage tel ou tel type d'engagement. Les perceptions du travail des employés de bureau sont marquées par la forte féminisation de ce groupe professionel tout en manifestant un souci commun aux hommes et aux femmes de s'investir davantage dans le travail. De manière générale, l'engagement syndical des employés de bureau comme leurs actions revendicatives s'inscrivent dans une dynamique qui vise à transformer leurs conditions de travail, à revaloriser l'image de leur groupe professionnel et à instaurer de nouvelles relations avec les organisations syndicales.


  • Résumé

    The object of our research is to study the workings of white-collar workers trades union activity as pertains to their cultural heritage and biographical development on the one hand and, on the other hand, the identity patterns characterising professional categories and the different types of trades union activity encoutered. Statistical figures were obtained by interviews conducted from a series of open questions to forty six white-collar workers in Cahors : the Banque populaire du Quercy et de l'Agenais, and the Centre départemental des impôts, and in Toulouse, the Caisse primaire d'assurance maladie. Workers trades union activity develops from a reappropriation process of political and union family traditions. However opinions are frequently modifies as a result of grouped and often contradictory first and professional experience. Motivations behind the union action of white-collar workers are characterised by their evolution and their complexity even if certain individuals tend towards one specific type of union action. Work perception as seen by white-collar workers is strongly affected by the important feminization of this professional group but is marked by a common desire for both sexes to personally invest more into their work.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (329 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 314-329

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.