Les expéditions espagnoles à Tahiti au 18ème siècle (édition critique du manuscrit de Máximo RODRIGUEZ, 1774-1775)

par Liou Tumahai

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Bernard Bessière.

Soutenue en 1997

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Les expéditions espagnoles à Tahiti à la fin du xviiie siècle, mandatées par le Vice-Roi du Pérou, Manuel de Amat et conduites par le Capitaine Boenechea, sont nées à la suite des découvertes anglaises des îles du Pacifique. Á partir de l'exploitation de manuscrits et de textes espagnols de première main, rédigés entre 1772 et 1776, l'auteur de ce travail se propose, dans une première partie, d'étudier les résultats de ces expéditions espagnoles à Tahiti. Si la première expédition de 1772 est d'exploration pure, la deuxième, en 1774, comporte à la fois une mission de vérification de données imparfaitement recueillies lors du premier voyage et une mission d'évangélisation. Mais celle-ci, timidement menée par deux franciscains, se solde par un échec total dont les raisons sont clarifiées dans cette étude. Le choc de deux cultures, les tribulations des deux franciscains figurent dans la chronique du soldat-interprète Maximo Rodriguez et le journal du frère Géronimo Clota. D'après le récit des navigateurs ibériques de la période 1772 à 1776 et surtout d'après l'expérience du simple soldat-interprète, à travers son journal de 1774-1775, rédigée sur une période de dix mois, nous sont livrés des éléments de la culture tahitienne à une époque ou elle demeure encore florissante et préservée de toute influence extérieure, et en particulier les derniers instants d'un grand chef de l'île de Tahiti. Ces témoignages espagnols, uniques mais très souvent délaissés par l'histoire du Tahiti ancien, offrent un regard espagnol de cette société tahitienne de tradition orale, tout aussi intéressant à relever que celui du célèbre Capitaine Cook. Des bribes de mémoire tahitienne, authentique, y sont recueillies. Dans la deuxième partie de ce travail, l'auteur propose une édition critique du journal de Maximo Rodriguez, établie en espagnol à partir du manuscrit, encore inédit, de Paris (1788) et comparée avec celui de Londres (1835). Cette retranscription est précédée de l'historique de ces deux manuscrits ainsi que de la biographie de son auteur.


  • Résumé

    The spanish expeditions to Tahiti at the end of the 18th century, commissioned by the Viceroy of Peru, Manuel de Amat and led by Captain Boenechea were launched in the wake of the english discoveries of Pacific's islands. From the examination of first-hand spanish manuscripts and texts, written between 1772 and 1776, the author of this work proposes, in a first part to study the results of these spanish expeditions to Tahiti. If the first expedition of 1772 is sheer exploration, the second one in 1774 consists of both a mission meant to check the facts that had been imperfectly collected during the first expedition and a mission of evangelization. But the latter, timidly led by two franciscans ended in total failure, a failure the causes of which are clarified in this study. The clash between two cultures, the tribulations of the two franciscans appear in the chronicle of the soldier and later interpreter Maximo Rodriguez and the diary of brother Geronimo Clota. From the accounts of the iberian navigators of the period between 1772 and 1776 and especially from the experience of the soldier and interpreter, expounded in his diary of 1774-1775, written over a period of ten months, we are acquainted with elements of the tahitian culture at a time when it was still flourishing and protected from any outside influences and in particular, with the last moments of a great chief of the island of Tahiti. Those spanish testimonies, unique though very often neglected by the history of ancient tahiti present us with a spanih outlook on the tahitian society and its oral tradition which is just as interisting as that of the famous Captain Cook. Scraps of the genuine tahitian memory are collected there. In the second part of the work, the author proposes a critical edition of Maximo Rodriguez's diary established in spanish from the Paris 1788 manuscript (still unpublished) and compared with the London 1935 manuscript. This retranscription is preceded by the review of the two manuscripts as well as by the biography of its author.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Presses universitaires du septentrion à Villeneuve d'Ascq

Les expéditions espagnoles à Tahiti au XVIIIe siecle : (Édition critique du manuscrit de Maximo RODRIGUEZ, 1774-1775)


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (590 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 85 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2341
  • Bibliothèque : Université de la Polynésie française. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL 1997 TUM
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Presses universitaires du septentrion à Villeneuve d'Ascq

Informations

  • Sous le titre : Les expéditions espagnoles à Tahiti au XVIIIe siecle : (Édition critique du manuscrit de Maximo RODRIGUEZ, 1774-1775)
  • Détails : 2 vol. (297, 293 p.)
  • ISBN : 2-284-01504-2
  • Annexes : Bibliogr. p. 285-293 du volume 2. Glossaire, lexique, index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.