La ville et les morts : droit et urbanisme funéraires à Toulouse aux XVIIIe et XIXe siècles

par Franck Sabourin

Thèse de doctorat en Histoire du droit

Sous la direction de Jacques Poumarède.

Soutenue en 1997

à Toulouse 1 .


  • Résumé

    Sous l'Ancien régime, les cimetières et les concessions funéraires étaient au sein et à proximité immédiate des églises. L'imbrication et l'exiguïté de ces lieux de sépultures imposèrent leur translation hors des villes. Paradoxalement, cette politique d'urbanisme funéraire était guidée à la fois par la réaction aristocratique de la fin de l'Ancien régime, la volonté d'appliquer les prescriptions du droit canon et le discours hygiéniste des Lumières. Les droits des bourgeois concessionnaires de sépulture furent révoqués. L'attitude des ordres privilégiés à l'encontre de la bourgeoisie ne resta pas sans conséquence. La nation devint souveraine et tenta d'agréger les deux autres ordres dans la nation. Elle n'y parvint pas. La laïcisation de la vie publique entraina celle des sépultures. Une nouvelle réglementation funéraire promulguée après le Concordat de messidor an IX instaura un nouvel ordre funéraire inégalement teinté de laïcité. A Toulouse et sous la Restauration, les cimetières étaient trop exigus et trop proches de la ville pour que le clergé ou la municipalité permettent qu'on y concéda des concessions funéraires. L'avènement d'un régime politique libéral sous la Monarchie de Juillet provoqua la mise en œuvre d'une vraie politique d'urbanisme funéraire. L'action municipale aboutit, non sans mal, a la fondation du cimetière de terre-cabade. La centralisation des cimetières accomplie, il restait encore à réorganiser les pompes funèbres, à adapter le mode de transport des corps à l'allongement des distances. Le monopole des pompes funèbres dont jouissait les fabriques fut un obstacle pendant près de trente ans, a toute réforme de l'organisation des pompes funèbres. Finalement, en 1865, une régie toulousaine des pompes funèbres fut mise en place. Les progrès du radicalisme et du socialisme aboutirent à la municipalisation complète des institutions funéraires entre 1870 et 1904.


  • Résumé

    There centuries ago churchyards and funereal grants were inside and nearby churches. These funereal places were too scantiness. So they were moves outside the city. Paradoxically this urbanism policy was caused simultaneously by aristocratic reaction, will to apply canonic laws and hygienist discourse. Burgesses' wrights were revoved. Privilegiers' attitude ended in the French revolution. The nation became sovereign and tried to aggregate the privilegiers. She failed in that way. Public life was laicised, the sepultures too. A new funereal regulation promulgated after “le Concordat de Messidor” layed down a new funereal order unequalyy influenced by laicity. In Toulouse and while the Restauration churchyards were too scantiness and nearby the town to receive funereal grants. The accessioon of a liberal government, “la Monarchie de Juillet” caused the laying of an effective urbanism policy. The municipal action ended in the fundation of a new cimetery called “terre-cabade”. Once the cemeteries were centralized, funereal pomps had to be reorganized because of the accroissment of the distances from parochials churches to “terre-cabade”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (417 f. - 14 f. dépl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : KJV164/R5/1997-37-1
  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : KJV164/R5/1997-37-2
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T62671
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.